Contact 04 92 45 04 29

Trekking au Népal

Depuis toujours, l'Himalaya est une chaîne de montagnes mythique qui fait rêver tous les montagnards, randonneurs ou alpinistes. Il y a, par rapport aux Alpes, une dimension supplémentaire, une impression d'immensité que l'on ne ressent que dans ces contrées.

Trekking au Népal

La marche est idéale pour s’imprégner “lentement” d’un pays que l’on découvre. Encore plus au Népal que dans tout autre pays, où les routes sont inexistantes en dehors de Katmandou et de deux ou trois grands axes.

Pour les Népalais, il est naturel de marcher et ce moyen de déplacement favorise la rencontre et la connaissance de l’autre. Tout au long de notre chemin, nous sommes accueillis par des enfants rieurs se rendant à l’école et des habitants dont la seule richesse est une grandeur d’âme et un héritage de traditions séculaires, mais dont le sens de l’hospitalité est incommensurable.

À l’occasion d’un arrêt dans un village, d’un bivouac ou simplement au bord du chemin, on ressent une grande plénitude à partager quelques instants avec ces gens qui vivent aux antipodes de nos esprits occidentaux.

Vous évoluez dans le meilleur confort pour ce genre de voyage : pas de portage, étapes prenant en compte l'acclimatation à l'altitude, logement en lodges ou tentes pendant la randonnée et dans un bon hôtel à Katmandou. De plus, durant tout votre voyage, vous êtes assistés par un accompagnateur en montagne français connaissant bien le Népal et d’un guide népalais.

RENSEIGNEMENTS PRATIQUES

Nos randonnées

Nous vous proposons de nombreux treks pour découvrir le Népal dont voici les principaux :

  • Le Balcon des Annapurnas
  • Les Montagnes du Paldor et du Ganesh Himal
  • Le Solu Khumbu, randonnée en Pays Sherpa
  • Le Tour des Annapurnas par la Vallée de Naar
  • Le Langtang et Lacs Sacrés du Gosainkund
  • Le Grand Trek Tamang : Enchainement Ganesh Himal – Langtang

 

Votre inscription

Le plus tôt possible, conseillée au moins 3 mois avant la date de départ, l'aérien restant sous réserve au-delà.

Nos points forts

  • Une parfaite connaissance du Népal, une expérience de vingt années
  • Une équipe locale de qualité, à notre écoute depuis 1995
  • La présence d’un accompagnateur en montagne français sur tous nos treks
  • Des vols réguliers, les horaires sont généralement connus très longtemps à l’avance
Népal, les balcons de l'Everest et les lacs de Gokyo
Népal, les balcons de l'Everest et les lacs de Gokyo

Randonnée itinérante
Accompagné
Népal
19 jour(s)

Prochain départ : 12/10/2019

A partir de 3 490 €

Népal, Langtang et lacs sacrés du Gosainkund
Népal, Langtang et lacs sacrés du Gosainkund

Randonnée itinérante
Accompagné
Népal
19 jour(s)

Prochain départ : 14/10/2019

A partir de 2 995 €

Népal, Les montagnes du Paldor et du Ganesh Himal
Népal, Les montagnes du Paldor et du Ganesh Himal

Randonnée itinérante
Accompagné
Népal
20 jour(s)

A partir de 2 995 €

Népal, Tour des Annapurnas par les vallées de Naar, Phu et le Thorong La
Népal, Au pied de l'Everest
Népal, Au pied de l'Everest

Randonnée itinérante
Accompagné
Népal
15 jour(s)

A partir de 2 955 €

Népal, Langtang et héritage Tamang
Népal, Langtang et héritage Tamang

Randonnée itinérante
Accompagné
Népal
17 jour(s)

A partir de 2 915 €

Népal, La vallée du Tsum, Aux portes du Tibet
Népal, La vallée du Tsum, Aux portes du Tibet

Randonnée itinérante
Accompagné
Népal
23 jour(s)

A partir de 3 780 €

Népal, le sanctuaire des Annapurnas
Népal, le sanctuaire des Annapurnas

Randonnée itinérante
Accompagné
Népal
19 jour(s)

A partir de 3 185 €

Népal, Les balcons de l'Annapurna
Népal, Les balcons de l'Annapurna

Randonnée itinérante
Accompagné
Népal
14 jour(s)

A partir de 2 750 €

Randonnée au Népal : Les sherpas du Solu Khumbu
Randonnée au Népal : Les sherpas du Solu Khumbu

Voyages (avec aérien)
Accompagné
Népal
17 jour(s)

A partir de 2 655 €

Transport aérien

Vol au départ de Paris Roissy Charles de Gaulle.

Il est possible de partir de Genève mais les escales par Londres et Francfort ont l’inconvénient de rallonger le voyage, surtout au retour.

Vol international sur ligne régulière, généralement sur Gulf Air, Etihad Airways, Qatar Airways, Turkish Airlines ou Malaysian Airlines avec escale dans le pays de la compagnie.

 

Le Népal n’est pas très proche et les risques de fatigue excessive due au transport aérien sont réels. Le choix d’une compagnie régulière dont les conditions de vols restent parmi les meilleures pour rejoindre le Népal permet de bénéficier de bonnes conditions de voyage et de ne pas arriver trop fatigué à Kathmandu.

Le temps de vol est cependant très variable, les escales pouvant être longues.

Les horaires de vol sont généralement connus longtemps à l’avance.

 

Une convocation détaillée vous parviendra huit à dix jours avant votre départ.

Elle mentionnera les heures et numéro de vol, la compagnie aérienne, l’heure où vous devez vous présenter à l’enregistrement et l’ensemble des détails concernant votre voyage en avion.

 

Attention : si vous devez prendre le train pour vous rendre à l’aéroport, attendez votre convocation officielle pour prendre votre billet. Nous vous déconseillons fortement l’achat de titres de transport (SNCF ou aérien) qui ne sont ni remboursables ni échangeables.

 

Vols intérieurs

Nous utilisons des compagnies locales pour les vols intérieurs.

Les vols au départ de Kathmandu pour rejoindre les aérodromes d’altitude (Jomoson ou Lukla par exemple) ou aux départs de ceux-ci pour regagner Kathmandu en fin de trekking sont soumis aux conditions climatiques et certains jours des départs peuvent être décalés ou reportés. La durée de nos treks prévoit 1 ou 2 jours de sécurité (selon les voyages) pour pallier à ces aléas de météo, toutefois nous ne saurions être tenus pour responsables de ces évènements indépendants de notre volonté et les frais induits en supplément par ces modifications de programme (nuits d’hôtels, repas...) restent à votre charge.

Formalités

Attention, une négligence de votre part peut parfois compromettre votre voyage.

Durant la randonnée, vous devez être en possession des documents suivants :

  • Votre pièce d’identité nécessaire pour la destination (voir ci-dessous).
  • Dépliant de votre assurance voyage reçu lors de votre inscription (si vous avez souscrit l’assurance que nous proposons) ou de votre assurance personnelle (numéro de contrat + numéro de téléphone).

 

Pièce d’identité :

Vous devez être en possession d'un passeport en cours de validité et valable encore 6 mois après la date de retour (ressortissants français, belges et suisses).

Visa obligatoire pour les ressortissants ressortissants français, belges et suisses.

Pour les autres nationalités, se renseigner auprès du consulat ou de l'ambassade.

Pas de vaccination obligatoire.

 

Pour les enfants mineurs : Chaque enfant mineur français doit posséder sa propre pièce d'identité.
La Carte Nationale d’Identité suffit pour voyager dans l'Union Européenne. Cependant, le ou les parents doivent pouvoir justifier qu'ils disposent de l'autorité parentale (selon les cas, acte de naissance, livret de famille, déclaration conjointe des parents ou copie de la décision de justice relative à l'autorité parentale), et ce même si l'enfant porte le même nom.

ATTENTION : l'autorisation de sortie du territoire est obligatoire pour tout mineur voyageant sans ses deux parents.

A compter du 15/01/17, tout mineur qui voyage à l'étranger sans être accompagné de ses parents devra être muni de sa pièce d'identité en cours de validité (carte d'identité ou passeport selon la destination), d'un formulaire signé par l'un des parents titulaire de l'autorité parentale (autorisation de sortie du territoire), de la photocopie de la pièce d'identité du parent signataire.

Pour plus d'informations nous vous invitons à vous rapprocher de votre mairie.

 

A l’inscription, il est obligatoire de nous communiquer :

  • Nom et prénom (votre identité telle qu’elle apparaît exactement sur votre pièce d’identité).
  • Date et lieu de naissance.
  • Numéro de passeport + date et lieu de délivrance + date d’expiration.
  • Une photocopie des pages principales de votre passeport avec ces renseignements (pages 2 et 3).
  • Un numéro de téléphone où nous pourrons vous joindre jusqu’au moment du départ.
  • Le nom et les coordonnées téléphoniques de la personne à contacter dans le cas où il vous arriverait un grave incident.

 

Pour les ressortissants français, visa d'entrée au Népal à prendre une semaine au moins avant le départ auprès de l'Ambassade du Népal, 45 bis Rue des Acacias, 75017 PARIS,

Tél : 01 46 22 48 67. Ouvert tous les jours de 10 h à 13 h, sauf le samedi.

Se munir de 2 photos d'identité + 40 €.

Pour les résidents en province, il est facile d'obtenir le visa par correspondance sur le site : www.consulat-nepal.org

Les formulaires sont à télécharger sur le site du Consulat Royal du Népal 2 Rue Victor Morin 76130 MONT ST AIGNAN. Tél et fax : 02 35 07 18 12 ou consulat.nepal@wanadoo.fr

 

Pour le trek :

Pensez à vous munir de 2 ou 3 photos d’identité (selon le trek) pour le permis de trek.

Gardez avec vous les photocopies des pages principales de votre passeport (qui sera laissé à l’agence de trek durant votre randonnée).

Vaccins et santé

Partir en bonne santé est essentiel pour profiter pleinement de votre voyage ! Si votre dernière visite médicale date quelque peu, c’est l’occasion d’effectuer un bilan de santé en expliquant à votre médecin les principales caractéristiques de votre prochain voyage (climat, altitude, difficulté…). Une visite chez votre dentiste est aussi une excellente initiative, les caries ayant la fâcheuse tendance à se réveiller avec l’altitude.

En cas de pathologie particulière (allergie, asthme,…) et pour votre sécurité, merci d’avertir votre accompagnateur.

 

Pour l’avion, prudence pour ceux qui souffrent d’insuffisance circulatoire et/ou de varices. Pour prévenir ces risques, vous pouvez utiliser des mi-bas de contention veineuse et/ou prendre des médicaments (veinotoniques, aspirines). Parlez-en à votre médecin.

 

Pour connaître les dernières données sanitaires sur votre de destination, consultez le site internet de l'Institut Pasteur : http://www.pasteur.fr/sante/ puis « Médecine des voyages ».

 

Vaccins

Aucune vaccination exigée mais Carnet de vaccination conseillé (DT et Polio) et Carte de groupe sanguin.

Assurez-vous que vous êtes à jour des vaccins pratiqués couramment dans les pays occidentaux (tétanos, diphtérie, poliomyélite, typhoïde). Vaccin hépatite A et B également recommandés. Le risque de paludisme est quasi nul, car nous nous déplaçons en général au-dessus de l’altitude de vie des moustiques.

Budget et change

La monnaie népalaise est la Roupie népalaise (1 NPR = 0,008 € ou 1 € = 130 NPR au 11/04/2018).

A la date de votre départ vous pouvez vous renseigner sur : http://www.xe.com/

La Roupie népalaise est une monnaie non convertible. Vous pouvez aisément changer de l'argent à Kathmandu.

Eviter les travellers chèques.

Prévoir environ 150 à 200 € en espèces pour les pourboires, les repas et les visites à Kathmandu.

Prenez des précautions pour les transporter : ceinture, pochette près du corps, éviter de laisser de l’argent dans le sac à dos et surtout pas dans le sac de soute.

Les cartes bancaires ne sont à utiliser que dans les banques, les grands hôtels et quelques magasins de Katmandhu. Pour les achats, une commission est retenue. Plusieurs distributeurs automatiques de billets sont maintenant en fonctionnement dans le centre. Ils pourront donc vous dépanner si vous n’avez pas emporté suffisamment d’Euros.

Hébergement

Hôtel (2 ou 3 personnes par chambre) à Kathmandu. Hébergement chez l’habitant et en lodges durant le trek.

 

Les lodges sont des maisons népalaises et correspondent à des gîtes d’étape sommaires (chambres de 2 à 3, voire plus exceptionnellement) en France. D’un confort variable, ce ne sont pas des hôtels mais ils permettent de faire un trekking en altitude dans des conditions de confort appréciables (lit, matelas, toilettes sommaires). Les douches (avec supplément) sont de plus en plus souvent possibles.

 

Chez l’habitant, lorsque ce sera possible, l’hébergement est typique mais très sommaire. De plus, les maisons ne pouvant pas accueillir beaucoup de monde, le groupe sera réparti dans plusieurs habitations.

Nourriture

La cuisine népalaise est très influencée par l’Inde. Le plat typique du pays est le dhaal bat, un plat de riz servi avec une sauce à base de lentilles et d’épices, accompagné d’un curry de légumes et quelquefois de petits morceaux de viande de poulet.

A l’aller à Kathmandu, nous choisissons généralement des restaurants népalais ou tibétains. Au retour, les repas sont à votre charge (de 3 à 15 € par repas, selon les restaurants choisis).

Durant le trek :

Le midi et le soir, vous serez impressionnés par la qualité et la variété des repas préparés par les habitants ou le propriétaire du lodge. La nourriture est saine, généralement végétarienne, à l’image du pays. C’est un très agréable compromis entre la cuisine népalaise et nos estomacs occidentaux fragiles.

Certains jours, notamment ceux où nous faisons une ascension, un pique nique froid généralement léger nous est préparé avec des vivres de course.

Si vous craignez malgré tout les « petits creux » en chemin ou si vous êtes gourmand, vous pouvez emporter quelques barres de céréales, fruits secs, pâtes d’amande, chocolat…

Le soir, vous serez impressionnés par la qualité et la variété des repas préparés par notre chef cuisinier ou le propriétaire du lodge.

Si vous craignez les « petits creux » en chemin ou si vous êtes gourmand, vous pouvez emporter quelques barres de céréales, fruits secs, pâtes d’amande, chocolat, etc.

Conditions de vie

Pour la plupart, nos voyages se déroulent dans des pays qui n’ont pas les mêmes conceptions du temps et de la vie en général. Vous apprécierez d’autant plus votre voyage que vous saurez respecter points de vue et coutumes du pays d’accueil.

Vous vivrez sans aucun doute des moments “forts”, certains pouvant être plus ou moins difficiles. C’est alors que le sens du “voyage en petit groupe” vous apparaîtra dans sa plénitude, pour peu que chacun fasse preuve d’une certaine dose de convivialité, ouverture d’esprit et entraide à l’égard de ses compagnons de voyage.

Une bonne préparation pour réussir votre voyage…

 

  • Physiquement

N’attendez pas le dernier moment pour vous entraîner ou vous remettre en forme.

La fatigue de la vie professionnelle et du voyage, ajoutée à l’effort de la randonnée et à l’acclimatation peuvent poser de réels problèmes. Faire un peu de marche régulièrement, de nage ou de vélo est suffisant pour randonner au Népal, mais ne commencez pas votre entraînement seulement un mois avant le départ !

  • Psychologiquement

En marchant au cœur de l’Himalaya, votre confort sera aléatoire et la vie de groupe vous demandera des concessions. Vous allez découvrir « un autre monde » et vous changerez de siècle. Préparez-vous à rencontrer la différence, un autre peuple, un mode de vie différent du vôtre. Des situations peuvent parfois vous « choquer » et vous demander un certain esprit de tolérance. Mais cette approche se doit d’être tout le contraire du voyeurisme !

Le respect des femmes et des hommes que nous rencontrons est primordial, particulièrement lorsque vous désirez prendre des photos.

  • Culturellement

Le Népal est une mosaïque ethnique et chacune d’elles possède sa langue, sa culture, et sa religion. Pour mieux comprendre et apprécier ce que vous observez sur place, nous vous invitons à vous documenter, à lire quelques ouvrages et guides sur le pays, et à regarder les quelques documentaires ou émissions.

L'altitude

L’altitude dans ce genre de circuit est une préoccupation du randonneur. Dépasser les 4000 mètres est un handicap loin d’être insurmontable à condition de respecter les règles essentielles de l’acclimatation à l’altitude. Votre accompagnateur est là pour vous donner les conseils particuliers à ce processus.

Le programme de nos voyages prend en compte ces contraintes incontournables ce qui permet à l’organisme de s’habituer doucement à l’altitude. Ceci n’empêchera pas, à un moment ou à un autre, des désagréments tels que maux de tête, petites nausées ou perte d’appétit.

En respectant les règles de base : bien manger, bien boire et monter doucement, l’approche de la haute altitude, et avec toutes les précautions de sécurité reste une expérience unique, gravée dans la mémoire !

TRANSFERTS INTERNES

Transferts en minibus et 4X4 privés.

Vols intérieurs sur compagnies régulières népalaises.

 

PORTAGE DES BAGAGES

Les bagages sont transportés par les porteurs (10 kg maximum par sac).

Vous portez uniquement les affaires de la journée.

Déroulement du trekking

Nous marchons toujours en compagnie des guides et de notre sirdar (chef d’expédition) ce qui permet à chacun de trouver son rythme en fonction de son envie et de la forme du moment. Mais si vous voulez vraiment profiter pleinement de tous les instants du voyage, n’oubliez pas de bien vous entraîner auparavant.

En randonnée, les porteurs recrutés pour transporter votre sac de voyage marchent à leur propre rythme et vous les retrouverez à l’étape du soir. Aussi prévoyez le nécessaire pour la journée et les imprévus (vent, soleil,  médicaments...)

Les étapes sont dans l'ensemble équilibrées en tenant compte des éléments suivants :

• un point d’eau à proximité, indispensable.

• des porteurs : il est hors de question de demander à des porteurs de faire des étapes doubles et ce, par respect pour eux et leur travail, parfois pénible.

l'altitude : plus on monte en altitude, plus les étapes sont courtes afin d’essayer d’éviter les éventuels problèmes liés à l’altitude (meilleure acclimatation). Les Népalais disent qu’en altitude le bon rythme est celui du yack !

Une journée type en trekking au Népal vers 6 h 30. Puis, après avoir préparé vos affaires dans le sac transporté à dos d’homme, vous prendrez un copieux petit déjeuner pendant que les porteurs se répartissent les charges et commencent à partir (ils ne prennent pas de petit-déjeuner et font une halte pour manger vers 10/11 h). Vers 12 h vous ferez une pause d’une heure ou deux pour déjeuner : repas souvent simple ou pique-nique. Si c'est un repas chaud, cela peut durer plus longtemps à préparer, et le temps de pause sera plus long que les jours de pique-nique.

Vous arrivez souvent à l’étape vers 16/17 h où vous attendent en général du thé et des biscuits : il faut boire beaucoup, surtout en altitude.

Le dîner est généralement servi tôt (vers 18 h 30/19 h) : soupe (toujours) puis très souvent du riz, des pâtes et/ou des pommes de terre agrémentés (suivant les talents du cook et/ou des disponibilités) de viande (assez rarement), de sauces (très souvent), etc…

Nota : lors de passages de col ou pour des étapes exceptionnellement longues, il est fréquent de partir de nuit ou à l’aube.

Groupe

Le groupe sera formé de 6 à 12 participants seulement.

Dédoublement :

En raison d’une forte demande, il peut arriver que le séjour soit dédoublé. Dans ce cas, chaque groupe sera indépendant et encadré par son propre accompagnateur.

Groupes constitués :

Vous êtes membres d’une association, d’un comité d’entreprise, d’une collectivité, vous êtes une famille ou un groupe d’amis désirant randonner ensemble : nous organisons cette randonnée aux dates que vous choisissez, avec un tarif étudié.

Vous avez un rêve, un projet…, consultez-nous !

L'accompagnateur en montagne français

Professionnel de la montagne, il s’engage à :

  • Gérer au mieux le déroulement de votre randonnée en toute sécurité : choix de l'itinéraire, rythme de progression, logistique, santé, adaptation aux aléas météorologiques et à la nivologie.
  • Assurer la dynamique et la cohésion du groupe.
  • Vous faciliter l’approche du milieu montagnard et vous faire partager avec passion ses connaissances pour la nature.
  • Être disponible et à votre écoute.

Sa présence est systématique sur nos séjours au Népal depuis le début.

Il est diplômé d’État, spécialiste de l’encadrement de groupes et du Népal. Il veille au bon déroulement du séjour (hébergement, itinéraire, sécurité…) et reste l’interlocuteur de nos prestataires sur place et en particulier du sirdar. Son expérience et sa connaissance du pays sont des atouts majeurs de votre sécurité, de votre intégration et à la réussite de votre séjour.

L’imprévu est, au Népal, une composante du voyage et nul n’est à l’abri d’un glissement de terrain, de conditions météorologiques difficiles ou d’une panne de bus. Nous ferons au mieux pour y pallier et le programme pourra éventuellement subir quelques petites modifications. C’est là que l’on apprécie d’avoir un accompagnateur connaissant bien le pays et les mentalités locales.

L'équipe népalaise

Sirdar : il est le responsable du déroulement du trekking (terme employé pour désigner une randonnée au Népal). Il nous accompagne sur les sentiers et commande toute la structure de trek (cuisine, sherpas, porteurs).

Chef Cuisinier ou Cook * : il est éminemment important, car responsable de notre alimentation. Vous serez impressionnés par la qualité et la variété des repas. C’est le deuxième personnage dans la hiérarchie.

Guide ou Sherpa : à l’origine, c’est le nom d’une ethnie importante du Népal qui habite principalement la région de l’Everest. Utilisé d’abord pour désigner les porteurs d’altitude lors des premières grandes expéditions himalayennes, ce nom est passé dans le vocabulaire courant et désigne aujourd’hui un guide qui vous accompagne sur le sentier. C’est un peu notre ange gardien, il porte ses affaires personnelles mais pas le matériel collectif. En effet, en cas de fatigue d'un participant, il peut être amené à le soulager de son sac à dos.

Assistant-Cuisinier *: dès le petit-déjeuner, il court constamment, car après avoir participé à la préparation du repas et l’avoir servi, il fait la vaisselle. Les cuisiniers nous dépassent ensuite pour préparer le repas suivant. C’est généralement une équipe de joyeux drilles.

Porteur : il porte le ravitaillement, ainsi que les sacs contenant nos affaires personnelles. N’ayant pas le même rythme de vie que nous (marche et repas), nous ne les côtoyons que rarement dans la journée mais nous les retrouvons avec plaisir le soir au camp pour partager quelques instants ensemble.

* Ces personnes ne sont présentes que sur les séjours sous tente. Sur les séjours en lodge  ou chez l’habitant, les repas sont préparés par nos hébergeurs.

Le Népal étant un pays de montagne, la tradition du portage humain date de la nuit des temps et perdure encore aujourd’hui. Les Népalais qui pratiquent ce métier sont pauvres, même s’il est vrai que le revenu qu’ils gagnent en portant est supérieur à ce qu’ils gagneraient autrement. Sans trekking, les populations montagnardes vivraient plus pauvrement encore, et les plus touchés seraient les porteurs. Lorsqu’ils portent "pour eux" (ravitaillement des villages et/ou des lodges) la charge dépasse bien souvent les 70 kg pour atteindre parfois 100 kg et plus.

La réglementation népalaise impose uniquement aux agences de trekking un maximum de 30 kg par porteur mais bon nombre de porteurs demandent une charge supérieure afin d’être mieux payés que le salaire réglementaire. Pedibus veille à une juste rétribution et s’engage à ce qu’un équipement spécifique leur soit alloué lors de passage de cols en altitude (même si parfois des porteurs refusent de mettre les chaussures par manque d’habitude…).

Vos bagages

L'ensemble de vos bagages doit être réparti dans 2 sacs :

  • Un sac de voyage souple fermé avec un cadenas, type sac marin ou sac de voyage (pas de valise, ni de sac à roulettes), de 15 kg maximum. Pendant la randonnée, il contiendra les affaires que vous n’utilisez pas pendant la journée. Pendant les trajets en avion, il voyage en soute.

Il doit donc être souple et très résistant, suffisamment grand et de forme allongée. C’est la forme idéale pour subir les « chocs » durant le voyage (aéroports, bus…) et pour être transporté par les véhicules, les porteurs et/ou les animaux et/ou les véhicules. N’oubliez pas que ce sac doit contenir votre duvet (prenez-en un qui se tasse bien) ainsi que toutes vos affaires utiles à la randonnée. Vous pouvez envelopper vos affaires d’un grand sac en plastique solide, ceci permet une meilleure protection (poussière, intempéries… ).

Il ne devra pas dépasser 15 kg lors de l’embarquement et 10 kg lors de la randonnée pour être transporté. Vous pouvez laisser les affaires dont vous n’avez pas besoin à l’hébergement sur place pour le retour de randonnée et le voyage retour.

  • Un petit sac à dos (contenance 35 / 40 litres) pour vos affaires de la journée : pull, t-shirt de rechange, gourde, pique nique du midi, lunettes, petit matériel… Pendant les trajets en avion, vous l’utilisez comme bagage à main pour vos affaires fragiles (Attention ! Pas de couteau, briquet ou bâtons télescopiques dans ce sac pendant les voyages en avion et se référer aux normes en vigueur concernant le transports de matières liquides).

Pour le vol, prévoyez dans ce sac un petit nécessaire de toilette (savon, brosse à dent…) accompagné de vos médicaments personnels et un peu de place pour un petit vêtement chaud (en cas de nuit à l’hôtel en transit ou d’escale prolongée).

Sécurité

Aucun pays, aucune région du monde, n’est à l’abri de risques pour les biens ou les personnes. Liées à l’activité ou à l’environnement (risques météorologiques, sanitaires, risques liés au transport...), les sources de risque en voyage sont multiples. Ainsi, toutes les informations que nous vous communiquons sont données à titre indicatif et susceptibles de modification. Elles ne peuvent être considérées comme exhaustives.

De façon générale et en présence de risque avéré, nous nous réservons le droit de :

- renforcer notre encadrement ;

- modifier nos circuits pour contourner une zone jugée risquée

- fermer un circuit ou une destination pour une période plus ou moins longue, lorsque nous estimons que le niveau de risque n’est pas acceptable.

Il est essentiel de rappeler que nous ne pouvons nous substituer à votre décision.

 

A propos du risque terroriste : Il convient de ramener celui-ci à de justes proportions. Par rapport aux autres risques, il est tout à fait minime dans la plus grande partie du globe, même s’il est amplifié, voire déformé, par les médias.

Pour vous informer et vous permettre de décider, nous évaluons le risque terroriste grâce à diverses sources d’information : les sites des ministères des Affaires étrangères français et étrangers ; les médias accessibles au grand public ; nos informations sur le terrain ; nos recherches personnelles (contacts avec experts et conseillers d’ambassade, abonnement à des réseaux d’informations spécialisés, etc.) ; le collectif de sécurité ATT. Ainsi, dans des pays jugés ”sensibles”, il est tout à fait possible de voyager en sécurité dans certaines régions.

Lors de la publication de nos avis, nous essayons d’évaluer la situation le plus objectivement possible. En particulier, nous essayons de ne pas nous laisser influencer par des facteurs non liés à la sécurité : impact économique sur l’entreprise, sur nos partenaires locaux, etc. Votre sécurité et votre plaisir restent notre priorité.

Relations avec l'équipe locale et la population

Vous allez passer des journées hors du commun. Vous lierez d'amicales relations avec les autres participants, mais aussi avec l'équipe locale. Vous aurez envie de faire plaisir, alors emportez quelques vêtements chauds que vous n'utilisez plus (Pull over, pantalons, T-shirts, bonnets, écharpes etc., …) et propres que vous pourrez offrir en fin de randonnée. Ils seront les bienvenus pour nos hôtes.

Vous allez passer des journées hors du commun. Vous lierez d'amicales relations avec les autres participants, mais aussi avec l’équipe locale. Vous aurez envie de faire plaisir..., alors emportez quelques vêtements chauds que vous n’utilisez plus (Pull over, pantalons, T shirts, bonnets, écharpes etc, …) et propres que vous pourrez offrir en fin de randonnée. Ils seront les bienvenus pour nos hôtes. A prévoir dans vos bagages.

 

Pourboires :

Contrairement à la France, le pourboire reste encore très présent au Népal. Il est d’usage de faire une enveloppe en fin de randonnée pour l’équipe (porteurs, cuisiniers, guides, sirdar) qui aura fait de votre randonnée un souvenir impérissable. C'est pourquoi nous ne vous donnons pas ici d'indications car vous jugerez vous-même sur place après en avoir discuté avec votre accompagnateur. Il y a les habitudes, mais il faut rester cohérent avec le coût de la vie et les salaires.

Indépendant du niveau de salaire, le pourboire est pris par les Népalais comme un signe d’appréciation. Il n’est nullement obligatoire et dépend donc de votre satisfaction et de votre bon cœur. La moyenne est de 70 à 80 € par personne pour la totalité de l’équipe népalaise.

Votre accompagnateur vous aidera sur ce sujet en faisant une enveloppe collective afin d’éviter que seuls les porteurs des sacs des trekkeurs aient un pourboire ! Tout pourboire individuel est à proscrire afin d’éviter jalousies et tensions dans l’équipe.

Comme pour l’argent, si vous avez des vêtements à donner, n’hésitez pas à passer par l’accompagnateur et le sirdar qui feront une répartition équitable.

 

Médecine et soins :

Il est fréquent d’être sollicité pour des soins médicaux (médicaments pour le mal de tête, mal de ventre...). Les médicaments que vous possédez ne sont pas forcément adaptés à la population locale, qui a de plus beaucoup de mal à suivre à la bonne posologie. Seul un médecin pouvant assurer un diagnostic et un suivi médical peut répondre à cette demande. Il est prudent de s’abstenir de toute distribution de médicaments. Par contre si vous possédez de bonnes connaissances de secourisme vous pouvez :

  • Prodiguer des soins simples de premier secours,
  • Inciter le blessé à se rendre dans un dispensaire,
  • Donner des conseils simples d’hygiène (se laver les mains, utiliser de l’eau bouillie...).

Avant de quitter le pays, laissez vos médicaments non utilisés à un dispensaire ou un hôpital, le personnel médical en fera un bon usage.

 

Photographier (ou filmer), oui mais ...

Lorsque vous photographiez la population, faîtes-le avec parcimonie et respect ; essayez de vous mettre à leur place : de quelle manière accepteriez-vous que l’on vous photographie, comment n’aimeriez-vous pas qu’on le fasse ?

Demandez toujours l’autorisation avant de “ prendre ” un autochtone en photo. Et si on vous demande un bakchich, c’est la preuve que des mufles sont passés avant vous, refusez poliment et renoncez à votre cliché. Si vous promettez une photo, envoyez-là ou équipez-vous d’un Polaroïd.

En résumé :

  • Demander l’autorisation aux personnes.
  • Ne pas photographier en cachette.
  • La promesse d’envoyer des photos doit être tenue !

Vous pouvez photographier les paysages sans limites !

 

La randonnée et ses pollutions :

L’équilibre écologique des régions que vous allez traverser est très précaire. Le tourisme, même en groupes restreints, le perturbe d’autant plus rapidement. Dans l’intérêt de tous, chaque participant est responsable de la propreté et de l’état des lieux qu’il traverse et où il séjourne. La lutte contre la pollution doit être l’affaire de chacun. Votre guide vous y aidera.

Même si le niveau de conscience sur ces problèmes n'est pas toujours équivalent entre les habitants du pays accueillant et les visiteurs, nous devons être attentifs à nos comportements :

  • Laissons les espaces naturels que nous traversons aussi propres que possible, y compris nos campements et évitons de récolter des espèces botaniques, animales, ou pièces archéologiques, géologiques... Pensez à la photo...
  • Consommons de l’eau naturelle traitée avec des pastilles (type micropur) afin d’éviter les bouteilles plastique et de minimiser la pollution.
  • Evitons la cuisine au feu de bois, et évitons les feux d’agrément sympathiques mais destructeurs. La déforestation est un drame écologique et économique pour ces régions. Même si les randonnées ne sont pas les causes principales, l’utilisation du bois pour la cuisine sur les circuits touristiques contribue au déboisement.
  • Evitons de laisser les déchets de nos voyages dans les zones rurales, les villes petites et moyennes et rapatrions les déchets difficilement triables et recyclable (piles, plastiques, lingettes...) dans les grandes villes. Les piles usagées sont redoutables pour l’environnement (mercure) si elles sont jetées ou brûlées. Elles trouveront facilement une petite place dans votre bagage de retour pour la France. Privilégiez l’usage des piles sans mercure ou des batteries rechargeables.
  • Evitons de trop nous approcher de la faune, il ne faut surtout pas oublier que nous sommes seulement invités dans son propre territoire.
  • Préservons la flore car celle-ci est la source de vie des animaux et des hommes.
  • Evitons de prélever des objets archéologiques ou culturels à valeur historique ou symbolique unique.
  • Economisons l’eau et évitons de souiller les points d’eau notamment avec les produits d’hygiène (savon, gel douche, etc.).
  • Evitons de rapporter des souvenirs qui font partie du patrimoine naturel.
  • Utilisons les toilettes parfois prévues dans les campements ; s’il n’y en a pas, éloignons-nous absolument des sources d’eau. Dans la nature, brûlons, sans risque d’incendie, notre papier hygiénique après usage. Parlez-en avec votre accompagnateur
  • Respectons les règles des parcs nationaux.

En résumé, “ ne laissons que l’empreinte de nos pieds ”.

 

Les voyages partage

Le tourisme n’est pas toujours une source de pollution. Il peut être une opportunité pour des projets de développement dans des pays défavorisés.

Au Népal, nous soutenons l’association « Aide à l’Enfance en Pays Sherpa », dont le rôle est de permettre aux enfants d’avoir de bonnes conditions d’éducation sur place quelque soit leur ethnie, leur caste ou leur sexe. Le parrainage (180 €) correspond à une année de scolarité. http://www.sherpachildren.org

Le trek « Le Solu Khumbu, randonnée en pays Sherpa », avec quelques hébergements chez l’habitant, permet de se rendre compte sur place les actions de l’association. Un pourcentage du prix de ce trek sera reversé à l’association.

En 2015, suite aux douloureux tremblements de terre d’avril et mai, en collaboration avec d’autres accompagnateurs, associations de Chartreuse et l’aide du Parc naturel Régional de Chartreuse, nous avons organisé différentes actions dont une soirée qui a permis d’envoyer 1600 € à cette association. Cette somme a été utilisée pour l’urgence, d’abord pour l’achat de tentes et ensuite la construction d’abri provisoires en tôle.

https://www.facebook.com/solidaritechartreusenepal/

Passé l’urgence, la meilleure façon dont nous pouvons aider dignement nos amis népalais est de les faire travailler en allant les voir. Le trekking est la deuxième ressource financière du pays. Ils nous attendent….

 

En conclusion…

Le Népal et les Népalais vous accueillent, vous vous sentirez certainement “ chez vous ”, mais souvenez vous que vous êtes chez eux. L’enrichissement que vous retirerez de votre voyage sera à la hauteur de votre respect de la population et de son milieu naturel environnant.

La pays

"Le Népal n'est pas seulement un pays qui a la plus forte densité de temples, pagodes et pagodons, le Népal est un temple. Pour sanctuaire, autel, il a l'Himalaya aux cimes blanches. Pour nef, les plaines où se concentrent, vivent et communient les fidèles… " Jack Thieuloy.

Petit pays situé entre les deux nations les plus peuplées du monde il offre des paysages fantastiques parsemés de petits villages entourés de champs en terrasses, de profondes vallées où coulent des rivières bouillonnantes et d'épaisses forêts de pins ou de rhododendrons dominées par de vertigineux sommets immaculés.

Pays béni pour le trekking, il garde toujours son charme magique, dû a la majesté de ses cimes et à la douceur de ses habitants…
Marcher face ou au pied des géants de la terre vous laissera un souvenir inoubliable

  • Villes :

Kathmandu est une des trois villes, avec Patan et Bhaktapur (Bhatgaon), d’une vallée à 1400 mètres d’altitude, très riche sur le plan artistique et culturel. Selon les treks, des visites sont prévues pour visiter les principaux sites.

  • Climat :

Le Népal est soumis à un important régime de mousson qui conditionne fortement les possibilités de trekking dans la plupart des endroits.

Nous privilégions le printemps (de fin mars à fin mai) et l’automne (de mi-octobre à mi-décembre) pour nos treks, car c’est à cette période que le temps est généralement le plus stable et le plus beau. Nous randonnons donc entre les pluies de la période de mousson en été et les périodes les plus froides de l’hiver. Les températures sont très variables en fonction de l'altitude, des zones d'ombre et de lumière, du vent, du jour et de la nuit (elles peuvent être négatives la nuit). A ces époques, il fait chaud à Kathmandu et dans les vallées.

Au printemps, nous avons le temps typiquement montagnard que nous rencontrons l’été dans nos Alpes, avec un beau soleil en matinée et parfois un ciel se couvrant couvert dans l’après-midi accompagné d’un risque d’averse ou d’orage.

En période automnale, le temps est très sec avec de belles journées ensoleillées et des vues splendides sur les sommets. Même si nous sommes en dehors de la période de mousson, une petite perturbation (mais c’est rare !) peut toujours donner un peu de pluie et de neige en altitude. C’est la saison la plus propice pour franchir les grands cols himalayens à près de 5000 mètres.

Les grands écarts de températures sont plus dus aux différences d’altitude que l’on rencontre au Népal (entre 1000 mètres pour les altitudes les plus basses et au maximum de 2800 à 5400 mètres selon votre trekking). Voilà pourquoi il est nécessaire d’avoir à la fois une bonne forme et un bon équipement adapté à votre trek.

 

Séisme du printemps 2015 : (source : Wikipedia)

Une série de séismes a frappé le Népal à partir du 25 avril 2015. Le premier de ces tremblements de terre est d'une magnitude de 7,9. L'épicentre de ce tremblement de terre est situé à 77 kilomètres au nord-ouest de Katmandou au Népal et à 68 kilomètres de Pokhara. La secousse aurait été ressentie jusqu'à New Delhi ainsi que dans tout le nord de l'Inde. Le séisme a provoqué des avalanches sur le mont Everest qui ont recouvert deux camps d'alpinistes.

Il s'agit du plus puissant tremblement de terre au Népal depuis celui du 15 janvier 1934. Il s'agit en outre du plus important séisme au monde depuis celui de magnitude 8,2 survenu au Chili en avril 2014.

Le nombre de victimes est élevé en raison de la magnitude, de la fragilité des habitations de la capitale népalaise qui compte aussi de nombreux temples hindous en bois, et des effets de site dus à la lithologie du bassin de Katmandou.

Plusieurs répliques importantes, de magnitude supérieure à 5, sont ressenties dans les jours qui suivent. Trois nouvelles répliques majeures, dépassant une magnitude de 7, sont recensées le 12 mai 2015. Après les 8 200 morts causés par le séisme du 25 avril et ses répliques immédiates, des centaines de victimes supplémentaires sont à déplorer à cause de ces nouveaux tremblements de terre.

Grâce à la solidarité internationale et aux très nombreuses Organisations non Gouvernementales, le Népal et les Népalais se sont très rapidement relevés.

  • Décalage horaire : + 5h45
  • Langue : Officielle, le népalais. L'anglais est compris désormais par une grande proportion de népalais. Par ailleurs, multitude de dialectes ethniques.
  • Superficie : 147 181 km²
  • Population : 29 000 000 habitants environ
  • Religion : Hindouisme, bouddhisme
  • Régime politique : République démocratique fédérale

Repères historiques

Népal : le mot viendrait du sanskrit nipalaya, « au pied des montagnes »

Le Népal des temps anciens :

  • Aux premiers siècles de notre ère, le bouddhisme puis l'hindouisme, venus de l'Inde, sont largement répandus au Népal. L'aménagement architectural et urbain n’est jamais dissocié du domaine religieux.
  • Sous la dynastie des Malla, l'architecture népalaise affirme son originalité au XIème siècle. Elle se développe dans la vallée de Katmandou depuis Bhatgaon, Patan et la ville de Katmandou.
  • Au début du XIVème siècle, Bhatgaon et Patan sont les deux rivales d'un pays partagé. Le Népal subit des invasions dont celle des Musulmans venus du Bengale (1349).
  • Réunifié sous les Malla (1380-1395), le pays atteint son âge d'or autour du XVème siècle. Bhatgaon, Patan et Katmandou témoignent de cette brillante période.
  • Au début du XVIème siècle, les trois villes sont les capitales de trois royaumes qui se livrent des combats stériles.

Le Népal moderne :

  • En 1768, les Kha, des colons indiens venant de l'Ouest du Népal, se portent à la tête d'une confédération de 24 principautés représentant autant de royaumes aux nationalités distinctes. Leur langue, d'origine indo-iranienne, est l'ancêtre du Népali moderne.
  • Gurkha, le dernier-né de ces 24 royaumes est alors gouverné par Prithvi Narayan Shah, un roi dont l'ambition est de créer un État capable de résister à la Chine et à l'Inde des Anglais. Son armée met fin à la dynastie des Malla en s'emparant de Katmandou (1768), puis de Patan et Bhagdaon en 1769. Prithvi Narayan Shah est considéré comme le père fondateur du Népal moderne.
  • En 1810, les territoires annexés par le roi et ses descendants vont du Sikkim au Kumaon mais les relations se détériorent avec les voisins du Nord comme du Sud. Ce sont les Anglais qui mettent fin à l'expansionnisme du royaume. Après deux ans de guerre, un traité reprend un tiers du territoire au Népal et impose une présence britannique à Katmandou.
  • En 1815, le régime passe carrément sous tutelle britannique et le reste jusqu'en 1923, date à laquelle les Anglais octroient au Népal son indépendance, tout en gardant la mainmise sur ses affaires extérieures.

Le Népal contemporain :

  • Installés au pouvoir en 1846 à la faveur d'un coup d'État sanglant, les Rana privent le roi de la plupart de ses prérogatives. Cette longue lignée de régents gère le pays jusqu'à l'indépendance indienne (1947), moment à partir duquel elle est très contestée. Le roi d'alors, Tribhuvan Bir Bikram, plus démocrate que ses prédécesseurs, permet la création du Parti du congrès népalais, opposé aux Rana. De fait, en 1951, ceux-ci sont évincés.
  • Après une courte période démocratique (1959 – 1960) instaurée par le fils de Tribhuvan prénommé Mahendra, celui-ci change d'avis, reprend tous les pouvoirs et restaure la monarchie absolue. Le régime demeure autoritaire jusque sous le règne de Birendra Bir Bikram. Toutefois, après les émeutes de 1979, il accepte une réforme introduisant le suffrage universel pour les élections de conseils locaux non politisés.
  • En 1988, l'agitation reprend et le pouvoir répond aux manifestations par des arrestations massives. Cette agitation se poursuit jusqu'en 1990, date à laquelle le roi Birendra finit par céder et autoriser la création de partis politiques. Dès lors, le pays subira une période instable, marquée par des démissions de premiers ministres et l'organisation d'élections anticipées.
  • Après l'adoption d'une démocratie parlementaire en 1990, les habitants des zones rurales espèrent être enfin mieux représentés. Ce ne sera pas le cas et la réforme agraire promise ne viendra pas. Les paysans de certaines régions mettent alors en place leur propre réforme, que le gouvernement réprime férocement en éliminant plusieurs activistes.
  • En juillet 1994, le Parti communiste unifié remporte la majorité aux élections, prenant ainsi le contrôle du Parlement.
  • En 1996, une insurrection d'inspiration maoïste est lancée dans cinq zones rurales du pays. Elle a pour but de renverser la monarchie et d'instaurer une «démocratie populaire». Ses leaders : le Dr Baburam Bhattarai et Pushpa Kamal Dahal, aussi appelé Prachanda.
  • En mai 1999, dernières élections générales. Le parti du Congrès remporte la majorité des sièges à la chambre des représentants.
  • Le 1er juin 2001, une bonne partie de la famille royale (dont le roi et la reine) est assassinée par le prince héritier Dipendra qui retourne ensuite l'arme contre lui. On évoquera une peine de cœur ou l'effet des drogues pour expliquer ce coup de folie. Le peuple, lui, y voit plutôt une conspiration contre le roi Birendra, trop libéral pour utiliser l'armée contre les insurgés.
  • Seul survivant de sang royal, Gyanendra, le frère du roi opportunément absent lors du carnage, devient roi à son tour. Il engage alors l'armée contre les rebelles. En 2002, il démet le gouvernement, s'arroge les pleins pouvoirs puis instaure l'état d'urgence le 1er février 2005. En signe de protestation, les partis d'opposition décrètent une grève générale illimitée le 6 avril 2006.
  • Le 24 avril 2006, organisée par l’Alliance des Sept Partis, une grève générale illimitée accompagnée de manifestations de rue, oblige Gyanendra à convoquer une assemblée constituante. Il accepte de reformer le gouvernement dissout en 2002.
  • Celui-ci vote une série de réformes qui retirent au roi le commandement de l'armée et le pouvoir de nomination du gouvernement. De plus, il supprime le caractère sacré de la monarchie. Le roi peut depuis être jugé et doit payer ses impôts, comme n'importe quel citoyen.
  • Le 28 avril, Girija Prasad Koirala, président du Parti du Congrès, est désigné Premier ministre.
  • Le 21 novembre 2006, 10 ans après le début de cette guerre qui a fait plus de 12000 victimes, le dirigeant maoïste Prachanda, chef des rebelles, et Girija Prasad Koirala, Premier ministre, ont signé un accord de paix. Les insurgés déposent les armes puis sont placés dans des camps supervisés par l'ONU jusqu'en juin.
  • Début 2007 : Composition d’un nouveau gouvernement de transition comprenant cinq ministres de l’ex-guérilla maoïste. Ils quittent le gouvernement le 18 septembre 2007 dans l’attente des élections.
  • Le 28 décembre 2007 : le Parlement provisoire approuve, à 270 voix contre 3, une résolution prévoyant de faire du Népal « un État fédéral, démocratique et républicain ».
  • Une assemblée constituante est élue le 10 avril 2008 et voit la victoire relative des maoïstes qui remportent plus du tiers des 601 sièges. La séance inaugurale de cette assemblée durant laquelle la monarchie a été abolie et remplacée par une République a eu lieu le 28 mai 2008. Le 21 juillet suivant, cette assemblée élit Ram Baran Yadav, membre du Congrès népalais, à la Présidence de la République.
  • Les maoïstes ont réitéré leur volonté de poursuivre une politique de paix et se disent prêts jouer le rôle d’une opposition responsable, mais seulement après discussion de l’ordre « inconstitutionnel », selon eux, du Président de la République maintenant l’ancien Chef d’Etat-major, le Général Katawal. L’UCPN-Maoïste a autorisé la présentation du budget 2009/2010 et laisse travailler les commissions constitutionnelles thématiques, mais continue de bloquer la Chambre.
  • Le processus de paix a été formellement relancé le 2 septembre 2009 après que la coalition et l’UCPN-M aient réussi à se mettre d’accord sur le fonctionnement de la Commission Spéciale chargée de l’intégration des soldats maoïstes, ou de leur réhabilitation.
  • Le 12 janvier 2010, les présidents du Nepali Congress, de l’UML et de l’UCPN-maoïste ont formé un Mécanisme Politique de haut niveau, auquel le Premier Ministre est associé, qui devrait permettre de résoudre par un dialogue au sommet les incompréhensions qui minent la politique népalaise comme le processus de paix.
  • Le 3 mai 2012, après d’intenses négociations, les quatre grandes formations politiques, l’UCPN-Maoïste et l’alliance madhési UDMF au pourvoir, ainsi que le Népali Congress et l’UML dans l’opposition, ont signé un accord en 5 points visant à la formation immédiate d’un gouvernement d’union nationale, indispensable selon eux à la conclusion du processus de paix et à la rédaction de la nouvelle constitution d’ici le 27 mai. Tous les ministres, sauf le Premier Ministre, ont donc immédiatement démissionné. Au termes de l’accord, ce nouveau gouvernement d’union nationale devra cependant céder la place avant le 27 mai à un gouvernement dirigé par le Népali Congress. L’UML hésite cependant encore et n’a pas présenté de noms, tandis que le NC connaît des dissensions internes. Au 11 mai, le gouvernement n’avait pas encore sa forme définitive.
  • Le 27 mai 2012, le Premier ministre a créé la surprise en annonçant la dissolution de l’Assemblée Constituante sans que celle-ci ait voté de nouvelle constitution et l’élection d’une nouvelle Assemblée Constituante le 22 novembre 2012. Cette mesure, ainsi que la légitimité du Gouvernement en l’absence de Parlement, sont vivement contestées par l’opposition qui souligne le vide juridique ainsi crée.
  • En mars 2013, afin de mettre un terme à l’impasse politique prolongée, les quatre grandes forces politiques (UCPN-M, NC, UML et coalition Madhesi) signent un accord pour la création d’un Conseil Electoral Intérimaire, constitué d’anciens hauts fonctionnaires, chargé d’organiser les élections de l’Assemblée Constituante dans les plus brefs délais. Le 14 juin 2013 le Conseil annonce la date des élections, fixée au 19 novembre 2013.

 

Le Népal actuel : (source : ambassade de France au Népal)

Elections de l’Assemblée Constituante : 19 novembre 2013

Malgré le boycott des élections par le parti maoïste CPN-M, scission de l’UCPN-M, et ses tentatives pour empêcher le scrutin (bandhs ou grèves générales imposées, violences sporadiques...), les élections se sont tenues le 19 novembre, dans une atmosphère relativement calme. Le taux de participation fut particulièrement élevé (environ 78%).

Principaux résultats :

  •  NC (Nepali congress) : 196 sièges
  •  UML : 175 sièges
  •  UCPN(M) : 80 sièges

Pour mémoire :

  •  601 sièges au total
  •  575 sièges attribués au scrutin majoritaire (240) ou proportionnel (335)
  •  26 sièges attribués par nomination du gouvernement.

 

Mme Bidhya Devi BHANDARI a été élue nouvelle Présidente du Népal le 28 octobre 2015.

La nouvelle Constitution du Népal a été promulguée le 20 septembre 2015 par l’assemblée constituante.

Le nouveau Premier Ministre du Népal, Mr Khadga Prasad Sharma Oli (PCN-MLU – Parti communiste du Népal – Marxiste léniniste Unifié) a prêté serment le 12 octobre 2015 devant le Président de la république démocratique fédérale du Népal.

 

Cartographie

Pour se procurer les cartes des régions traversées, il est préférable de les acheter à votre arrivée à Kathmandu, le choix est très varié.

Bibliographie

  • Le Grand Guide du Népal, Gallimard (superbe)
  • Guide Népal Lonely Planet (le plus pratique).
  • Guide Népal Arthaud, Robert Rieffel.
  • Guide Le Petit Futé, Népal (Nouvelles Editions de l'Université)
  • "Le Népal" (Collection Regards Sur). Editions Errance. APA
  • « Trekking au Népal » de Antoine d’Abdundo, édition Olizane
  • Patrick Jager "Carnets d'un peintre au Népal" Editions Glénat.
  • Et bien sûr "Grands Reportages" Spécial Himalaya (superbe)
  • Des romans à lire là bas... :

"Annapurna premier 8000", Maurice Herzog.

"La baleine blanche", Jacques Lanzmann, Edition livre de poche Hachette.

"Les chemins de Katmandou", René Barjavel.

"avec Zimba le Sherpa" (randonnées au Népal)  Robert Rieffel - Ed. Denoël 1981 - anecdotique.

  • Les divers livres de Eric Valli sur le Dolpo (Le Pays caché, Caravanes de sel...) et son excellent film  : Himalaya, l'enfance d'un chef.
  • Mustang, royaume interdit de Michel Peissel - Ed. Olizane.
  • Bandes dessinées : Ne pas oublier "Tintin au Tibet" ou la série "Jonathan".
  • Trek magazine n°151, « Les chamans des Lacs du Gosainkund ».
  • « Sous le toit du monde » de Bernadette PECASSOU, J’ai Lu.

Emblèmes du Népal

  • Drapeau : Double triangle rouge à bordure bleu foncé ; croissant de lune et soleil.

  • Couleur nationale : rouge (car bénéfique)

  • Fleur nationale : Rhododendron

  • Animal national : Vache

  • Oiseau national : Daphé (faisan)