Contact 04 92 45 04 29

Laponie, Au pays des Aurores Boréales

Raquette et Balnéo - Accompagné - Randonnée itinérante

Retour
Vous aussi donnez votre avis !
  • Aurores boréales et randonnée à raquette en Laponie
    Aurores boréales et randonnée à raquette en Laponie
  • Randonnées à raquette en Laponie, le pays des aurores boréales
    Randonnées à raquette en Laponie, le pays des aurores boréales
  • Randonnées à raquette en Laponie, le pays des aurores boréales
    Randonnées à raquette en Laponie, le pays des aurores boréales

Spécifications du circuit

Réference : RQFLA

Activité : Raquette et Balnéo

Niveau physique :

Formule : Accompagné

Type : Randonnée itinérante

Destination : Scandinavie

Durée : 9 jour(s) / 8 nuit(s)

Portage : Sac à porter

Hébergement : Chambre d'hôtesHôtel **

Date du prochain départ : Nous consulter

Prix à partir de : 2 100


Télécharger / imprimer la fiche descriptive

Télécharger / imprimer le bulletin d'inscription

Réserver

Le séjour

Dans le grand Nord finlandais, bien au Nord du mythique Cercle Polaire, un petit périple menant de la forêt de pins sylvestres aux troncs flamboyants, aux étendues changeantes des lacs gelés et jusqu'aux crêtes belvédères, où la neige ventée laisse apparaître la toundra arctique parsemée de bouleaux nains. Le paradis des lagopèdes, de la chouette lapone, du renard polaire, de l'élan, et du renne, bien sûr !
Un relief doux, avec d'innombrables lacs bordés par les tunturi (montagnes arrondies). Au cœur de notre périple, une cabane en bois perdue au bord d'un lac : confort rustique, sauna, et aucune lumière pour troubler le spectacle féerique des aurores boréales, après la magie des tons pastels du coucher de soleil qui, déjà, semble ne pas vouloir disparaître...
 
Un itinéraire pour une découverte hivernale d'un pays où les traces de raquettes sont plutôt rares... Un périple un peu hors du temps, à la découverte de la culture Same. Oublions le nom de Lapon, pratiquement plus utilisé aujourd'hui lorsque l'on parle des habitants de ces régions. On utilise le mot Same, ethnologiquement, linguistiquement et culturellement correct.
Une occasion d'apprécier le renne sous toutes ses formes, y compris culinaires, ou le poisson fumé, et de partager quelques moments de rencontre avec les habitants de cette région.
 
Le peuple Same (environ 75000 personnes) se répartit sur les quatre pays de Scandinavie (Norvège, Suède, Finlande et Russie). La population Same de Finlande représente environ 9000 personnes, habitant essentiellement la partie Nord de la Finlande. La reconnaissance d'une partie de leurs droits, au même niveau que ceux des citoyens « blancs » de Finlande, n'a été acquise que récemment, après de très longues revendications : en 1996, la Constitution leur reconnaît une autonomie dans les domaines culturels et linguistiques, ainsi que le même droit que tous les finlandais à la propriété terrienne, et à certaines activités ancestrales sur ces territoires. Le Parlement Same de Finlande fut créé en 1996, avec son siège à Inari.
 

 

Notre mini-trek se déroule dans la région de Sevettijärvi – Nätäämö, au Nord d'Inari, à 450 km au Nord de Rovaniemi et du Cercle Polaire et à quelques kilomètres de la mer de Barents, le bout le plus au Nord de la Finlande, limite avec la Norvège. Elle est habitée quasiment exclusivement par les Sames Skolt, qui furent déplacés à plusieurs reprises durant plus d'un demi-siècle, avant de n'avoir d'autre choix imposé que de s'installer dans cette région. Ils y ont poursuivi leurs activités d'éleveurs de rennes et de pêcheurs. Venant de la région prise par la Russie à la Finlande lors de la dernière guerre mondiale, ils différent des Sames d'Inari par leur langue, leurs patronymes (russes), leur religion (orthodoxe)... Une longue histoire que vous découvrirez.

Programme

Jour 1

vol Paris - Helsinki - Ivalo. Arrivée en fin de journée, transfert à Inari (40 km) (en fonction de l'heure d'arrivée du vol), plus grande commune Same de Finlande. Installation à l'hôtel ou dans une maison particulière. Repas, peut-être premier sauna, et nuit.


Jour 2

Journée de rencontre avec la culture locale, et le froid, qui s'apprivoise très vite ! Préparation du trek (équipement, etc). Départ pour l'extrême Nord de la Finlande, le pays des Same Skolt, population déplacée autoritairement en 1945 depuis la péninsule de Kola (Russie aujourd'hui) jusqu'au Nord de la Finlande et de la Norvège, la région de Sevettijärvi (transfert, 130 km, environ 2 heures 30 de route), et installation pour une nuit dans une « auberge » créée par une famille d'éleveurs de rennes.  


Jour 3

Départ pour notre « cabane au fond des bois ». Le parcours s'effectue parmi lacs, clairières et forêts claires de pins et bouleaux, pour déboucher sur « notre » cabane. Allumage des poêles, corvées d'eau et de bois, installation, sauna, repas, peut-être aurore boréale ... (6 à 13 km, et de 3 à 6 heures  (1) de marche environ, suivant la cabane). Nous sommes à 100 m d'altitude, mais très au Nord : les arbres disparaissent ici vers 180 m d'altitude.


Jours 4, 5 et 6

Immersion dans un « ailleurs et autrement ». Trois journées consacrées à la découverte et l'exploration de notre environnement : parcours parmi lacs et zones forestières, parcours de crêtes ou sur de petits belvédères, peut-être passage de frontière... Et quand vient le soir, vie paisible dans une cabane en bois perdue au milieu de nulle part. 


Jour 7

Immersion dans un « ailleurs et autrement ». Trois journées consacrées à la découverte et l'exploration de notre environnement : parcours parmi lacs et zones forestières, parcours de crêtes ou sur de petits belvédères, peut-être passage de frontière... Et quand vient le soir, vie paisible dans une cabane en bois perdue au milieu de nulle part. 


Jour 8

Départ matinal pour retrouver Inari et notre hébergement du début du séjour. Visite de l'incontournable centre culturel Same (Siida), lieu d'interprétation, de réunion, de recherche, qui fut également le premier siège du Parlement Same de Finlande. En fonction de la météo, dernière petite balade proche du lac Inarijärvi. Dernière soirée, sauna, autre repas typique...


Jour 9

Transfert à Ivalo et vol pour la France. 


Le séjour

Ce séjour a été créé pour favoriser la découverte de cette région et de ses habitants de manière « douce », d'un niveau physique moyen, mais tout de même avec des efforts (5-7 h de marche), à la portée de marcheuses et marcheurs régulièr-e-s.
Après un passage d'acclimatation-préparation à Inari, capitale de la région Same de Finlande, nous nous transférerons dans la région de Sevettijärvi, région peuplée par les Sames Skolt. De là, nous partirons pour notre « camp de base » pour trois nuits. C'est une cabane en rondins, au milieu des pins et des bouleaux, à proximité d'une rivière ou d'un lac gelé. Agréable et chaleureux confort rustique, malgré l'absence d'eau et d'électricité dans la maison : chauffage au bois, équipement de cuisine, lit et bat-flancs avec matelas, et l'incontournable sauna...(Détails complémentaire au chapitre « Hebérgement ».) De là, nous découvrirons forêts, crêtes et lacs, avec peut-être la chance d'observer la faune de la région : coq de bruyère, lagopède, jaseur boréal, élan...
Lorsque nous nous rendrons à cette cabane, nous transporterons avec nous, sur nos pulka (traîneaux légers de randonnée hivernale que l'on tire avec un harnais : bien plus agréable qu'un sac à dos, même très léger...), une partie de l'équipement réduit pour trois jours d'autonomie.
Au cours de nos randonnées de la journée, le pique nique de midi (soupe chaude, boissons chaudes...) sera pris si possible autour d'un feu préparé en commun aussitôt l'arrêt décidé...
Nous serons seuls, en autonomie, dans un milieu peu commun, qui peut paraître hostile lorsque l'on n'est pas habitué, et où la réussite de l'«aventure » est liée à la participation de chacun à la vie du groupe : préparer le bois et entretenir les poêles, chercher l'eau au lac, aider à la confection du repas, rangements, surveiller non pas les loups mais les aurores boréales... Il y en a pour tout le monde ! Et une fois tout en route, un vrai sauna au feu de bois, pour une relaxation complète, et pour une nuit apaisée,...
 
NB. Ce séjour reste hors normes touristiques classiques par l'environnement très spécifique dans lequel nous évoluons, ainsi que dans les détails de son déroulement et le type d'hébergement. Grands espaces inhabités, isolement, conditions hivernales (lire attentivement la notice « Le froid et nous »), rusticité mais adaptation totale de l'hébergement...
Pour ces raisons, le groupe constituera la seule référence, et chacun aura une part importante dans la réussite du séjour. Un « séjour » dans ce milieu implique donc une capacité d'adaptation à des conditions spécifiques, avec un bon esprit d'équipe...  Détails importants à préciser, pour vous éviter de vous tromper de séjour. Mais si c'est ce que vous recherchez, vous laisserez une partie de vous-même là-bas, en échange de la parcelle de cet univers que vous porterez en vous...
Les lieux peuvent éventuellement être différents suivant les séjours (difficultés d'accès, disponibilité et capacité des cabanes...) mais dans la même région.
 
Same: l'orthographe Same est la forme francisée venant de Sapmi : Same ; pays Same (Laponie) ; Sami en anglais.


Les temps de parcours des itinéraires sont donnés à titre indicatif : ils peuvent varier en fonction de l'état de la neige, et des choix de progression pour s'adapter aux conditions météorologiques du moment.

Les itinéraires sont donnés à titre indicatif, pouvant être modifiés pour des raisons de conditions météorologiques, de logistique, de sécurité, ou d’horaires des vols.

 

Dates / Prix

Privatisez votre séjour !
Vous souhaitez partir randonner en couple, entre amis ou en famille ?

Choisissez votre formule d'hébergement, d'accompagnement ainsi que votre date de départ et nous organisons vos vacances selon vos envies !

Demandez votre devis personnalisé : contact@randoqueyras.com

LE PRIX COMPREND
  • Vols depuis Paris (avec un prix de billet en classe économique, accessible jusqu'à 3 mois de la date du départ, suivant disponibilité ensuite);
  • taxes aériennes, de carburant et de sécurité (pouvant fluctuer jusqu'à un mois du départ) ;
  • transferts groupés depuis l'aéroport d'arrivée sur place et retour;
  • hébergement (sur la base d'une chambre double partagée si effectué en hôtel ou en « maison d'habitation classique » ; en cabanes chauffées : lits - bats flancs...) ;
  • restauration (petits déjeuners, repas du soir, pique nique à midi), depuis le souper du jour 1 jusqu'au petit déjeuner du jour 9 ;
  • sauna ;
  • prêt des raquettes à neige;
  • accompagnement durant tout le séjour par un professionnel français diplômé ;
  • visite du centre culturel Same (Siida) à Inari ;
  • frais d'organisation ;
LE PRIX NE COMPREND PAS
  • les boissons lors des repas au restaurant et les boissons alcoolisées pour les repas dans les autres lieux ;
  • autres activités non prévues dans le programme;
  • achats personnels;
  • pourboires;
  • les assurances ;
  • éventuel supplément pour chambre individuelle lorsque l'hébergement est en hôtel et suivant disponibilité ;
  • le supplément pour le transport aérien dans le cas où les places à tarif « économique » prévues pour le présent voyage ne sont plus disponibles.

Fiche pratique

ACCUEIL

Le lieu du départ vous sera communiquer sur la convocation

DISPERSION

Le lieu de dispersion vous sera communiquer sur la convocation

 

FORMALITES

Pour les membres de l'Union Européenne et la Suisse : carte d'identité ou passeport valides.
Si vous voyagez avec vos enfants : les mineurs, quel que soit leur âge, doivent eux aussi avoir une carte d'identité individuelle ou un passeport individuel.
Si l'enfant, voyageant avec une carte d'identité, est accompagné d'un parent portant un autre nom que le sien, il devra être muni d'un document (livret de famille) prouvant la filiation.
Pour les autres nationalités :veuillez vous renseigner auprès des autorités maltaises représentées dans votre pays.
Attention, une négligence de votre part peut parfois compromettre votre voyage, et ce cas n'est pas pris en compte dans les motifs valables d'annulation couverts par les assurances (oubli du document d'identité, document périmé, oubli de l'heure de rendez-vous pour l'enregistrement sur les vols...).
 
Carte européenne d'assurance maladie

 

Au cours d'un séjour en Europe, la carte européenne d'assurance maladie permet de bénéficier, si nécessaire, d'une prise en charge des soins médicaux, selon la législation en vigueur. Nominative et individuelle, elle est valable un an. Pour obtenir cette carte, consulter le site internet de l'assurance maladie : www.ameli.fr, ou contactez votre caisse d'assurance maladie. (Délai d'obtention : 15 jours minimum)

NIVEAU

1 chaussure

Ce circuit est accessible aux personnes pratiquant la marche à pied régulièrement, ou pratiquant déjà la randonnée à raquettes à neige sur des itinéraires de la journée, et en bonne condition physique. Si vous êtes débutant-e à raquettes à neige, mais avec une pratique régulière de la randonnée pédestre ainsi qu'une bonne condition physique, ce circuit sera à votre portée.
Le relief est vallonné, plat sur les lacs (!!): les dénivelées restent faibles (de 100 à 300 m sur la journée). La longueur des étapes effectuées en raquettes à neige varie de 5 à 15 km, pour des durées allant de 3 à 7 heures de marche environ (suivant les conditions).
Nous serons parfois sur des itinéraires balisés, sur des traces de scooter des neige (les « routes » locales), ou bien hors trace (c'est l'accompagnateur qui la fera, mais vous pourrez participer !). Les chutes de neige ne sont que rarement importantes, mais les températures, toujours bien négatives jusqu'à début mars, conservent une neige poudreuse agréable, mais aussi parfois profonde en forêt...
Enfin, notre passage dans l'univers isolé et enneigé de Sapmi (Laponie...) ne pourra bien se dérouler qu'avec une participation active aux taches indissociables de ce milieu : chargement et déchargement des bagages et équipement collectif, « corvée »  d'eau, « corvée » de bois, allumage des poêles, rangements avant le départ... Dans une forte dynamique de groupe, et surtout un oubli de nos « habitudes quotidiennes »

HEBERGEMENT

A Inari  ou Ivalo (en fonction de l'heure d'arrivée du vol) :
- hôtel, en chambres doubles, sauna à disposition
- ou, suivant la disponibilité et leurs activités, hébergement dans une maison particulière (chez l'habitant...), (chambres, sauna...) à 3 km du village, au bord du lac Inarijärvi.
Pendant le mini-trek (raquettes) : cabanes privées, en rondins de bois. Elles sont toujours équipées de chauffage au bois, et de l'incontournable sauna. Il n'y a pas d'eau dans ces cabanes (impossible à cause des basses températures) : elle est toujours à proximité. Mais grâce au sauna, un incroyable confort est autorisé dans ces lieux perdus loin de tout : l'eau chaude est disponible pour une douche rudimentaire, certes, mais absolument unique, sous les étoiles... Toilettes sèches à l'extérieur. Lit, bat-flanc, avec matelas : il faut prévoir le sac de couchage, et un drap cousu (sac à viande) car il fait souvent trop chaud la nuit. Bien sûr la féée électricté est absente, mais il y en a d'autres... Suivant les circonstances, l'hébergement peut aussi avoir lieu chez l'habitant.
 
Nourriture. Nourriture typique lors des repas : les spécialités à base de renne ou de poisson ne manquent pas.
Durant le mini-trek : les conditions extérieures entraînent des choix obligatoires : on ne peut pas transporter de fruits, de légumes frais, d'œufs, de jus de fruits ou lait liquide... Nous nous déplaçons à l'intérieur d'un immense congélateur, et tout cela serait vite congelé ou « explosé » ! Par contre, nous pouvons emporter des produits surgelés, la chaîne du froid n'est pas rompue !
Concrètement, nos repas seront composés par des soupes « locales » (au poisson, à la viande de renne...), accompagnées de plats complets, et souvent d'un entremets pour dessert.
Les petits déjeuners devront être sur le mode local, consistants : boisson, flocons d'avoine cuits qui assurent une longue autonomie, fromage, charcuterie, confiture, pain...

 

Durant la journée de randonnée, nous mangerons de « petits sandwiches » préparés le matin, à intervalles réguliers (1 h 30 à 2 h environ), avec un arrêt un peu plus long où nous ferons peut-être un feu pour une grillade (saucisse locale). Nous aurons en permanence des boissons chaudes (bouteilles « thermos ») et la possibilité de rajouter une soupe chaude et autres boissons chaudes lors de l'arrêt plus long. 
 

TRANSFERTS INTERNES

Le transport aérien est effectué sur vols réguliers de la compagnie FINNAIR et Air France (éventuellement SAS), à l'aller et au retour. Changement à Helsinki, arrivée à Ivalo (éventuellement Rovaniemi, ou Kirkenes en Norvège)

Les transferts seront effectués en véhicule de location, ou éventuellement par un transporteur local, ou bus de ligne.

PORTAGE DES BAGAGES

Lors des sorties à la journée ou demi-journée, un sac à dos de 35-45 litres convient au transport des affaires personnelles.
Lors de notre mini-trek en autonomie, lors de la première étape pour nous rendre à notre « cabane de base », une partie du portage est réalisé avec l'aide de pulka, traîneaux très légers, en résine de nos jours, utilisés lors des expéditions à ski dans les régions polaires. Elle est tirée grâce à un harnais et deux cordelettes. La pulka permet de tracter jusqu'à plus de trois fois le poids d'un gros sac à dos, mais surtout avec moins d'effort que pour porter un sac à dos : elle glisse ! (L'effort fait pour la tirer est bien moindre que l'effort fait pour porter un sac à dos). On y dispose une partie de l'équipement collectif et de la nourriture, l'équipement de sécurité, et une partie de l'équipement personnel. On compte une pulka pour deux participants, ce qui permet de se relayer : celui qui la tire  pose son sac à dos sur celle-ci. Nous utiliserons la pulka pour l'aller et le retour de notre « cabane », ainsi que lors des randonnées à la journée effectuées à partir de ce « camp de base » : cela permet d'alléger au maximum le sac à dos !

 

Le sac à dos individuel devra avoir une contenance réelle de 35-45 litres minimum, afin de contenir les vêtements chauds personnels (anorak-doudoune pour l'arrêt, vêtements de secours...), bouteille thermos, et quelques aliments.

GROUPE

Le groupe est limité de 8 à 10 personnes.

 

ENCADREMENT

Réalisé par Claude Molinier, accompagnateur en montagne depuis 1983.

Il pratique cette région depuis 1992 : un voyage avec un groupe par an en moyenne, ainsi que diverses traversées-expéditions à ski de fond et pulka, en autonomie complète, de 8 à 12 jours.

Ces nombreuses années ont permis de tisser des liens amicaux, et des relations professionnelles parmi les habitants de cette région.

 

MATERIEL FOURNI

Une trousse de premiers secours est transportée par l'accompagnateur, ainsi que du matériel de « survie »

 

EQUIPEMENT INDIVIDUEL A PREVOIR

 L'accent sera mis sur la qualité de l'équipement et son adaptation au vent et au froid. Les "petits arrêts"  sont brefs pour éviter de se refroidir (en-cas et boisson chaude), et, s'il fait très froid, une source de chaleur (feu de bois) est possible au moment du pique-nique. Et il suffit d'augmenter très légèrement le rythme pour produire la chaleur qui pourrait nous faire défaut à un moment...

Dans ce milieu, il est nécessaire d'être en possession d'un équipement adapté aux éventualités d'un temps perturbé, ainsi que de tout impondérable que pourrait entraîner momentanément un retard dans l'évolution autonome du groupe.
Cet équipement est transporté, lors du mini-trek, dans la pulka (sac de couchage, vêtements de rechange et du soir...), et dans le sac à dos personnel (anorak-doudoune, gants de rechange, thermos...)
 
Raquettes: le modèle fourni est récent, léger, facile à mettre avec tous types de chaussures. Les bâtons peuvent être employés pour une marche plus aisée en terrain accidenté (mais le terrain est toujours facile). Vous pouvez utiliser les vôtres, si vous en possédez. Si non, ils peuvent vous être fournis avec les raquettes.
Chaussures: les chaussures devront être montantes, bien sûr, et pouvant accueillir le pied avec une paire de chaussettes confortables et chaudes (voir les conseils pour le choix des matières). Les chaussures modernes (matériaux synthétiques, Gore-Tex, etc.) conviennent, à la condition de n'être pas trop légères (épaisseur suffisante pour une protection contre le froid). Les chaussures en cuir conviennent aussi, à la condition d'avoir déjà servi sans problème. Les chaussures à coque plastique (avec chausson interne), bien qu'un peu rigide, peuvent aussi convenir, si on les a déjà utilisées.
Surchaussures: complément utile de vos chaussures (surtout si celles-ci ne sont pas très isolantes, ou si vous avez vite froid aux pieds) (peuvent être fournies par l'organisateur)
La neige lapone, jusqu'à mi-mars, est en général sèche (poudreuse) et ne mouille donc que très peu. On pourra toutefois utiliser un système de surchaussure (type vélo, en néoprène; ou ski de fond, également fourré; ou vieille grande chaussette en laine, ou... manche de pull-over en laine, éventuellement passée à la bombe imperméabilisante et enfilée par dessus la chaussure) pour protéger d'une éventuelle humidité, et rajouter une épaisseur contre le contact direct avec la neige (surchaussure modèle pratique de marque TSL, env. 25 euros) (Ce dernier type de surchaussure est fourni par l'organisateur)
Des guêtres peuvent aussi être utilisées (évitent les "remontées d'air"). 
 
Remarques:
Si vous souhaitez changer de matériel (achat ou location), ou si vous pensez que, peut-être, une pièce de  l'équipement que vous possédez n'est pas adaptée, n'hésitez pas à nous contacter, pour en discuter et vous conseiller...
Dans tous les cas, nous aurons l'occasion, avant le départ, de vérifier l'état et l'adaptation de votre matériel... et de remédier à un problème sur place.
 
Vêtements, etc.
 
Quelques conseils pour votre confort, et la sécurité:
En hiver, pour lutter contre le froid, il faut avant tout lutter contre les déperditions de chaleur (donc d'énergie),  qui sont aggravées par l'humidité et le vent.
La tête doit faire l'objet de toutes les attentions: si l'on a froid aux pieds et aux mains (sauf bien sûr dans le cas de problèmes spécifiques à ces parties du corps), c'est parce que la tête a froid, et qu'elle diminue la circulation sanguine dans les extrémités (vaso-constriction), pour concentrer le précieux liquide et sa chaleur aux centres vitaux qu'elle abrite... : le couvre-chef  adapté s'impose.
L'humidité au niveau de l'épiderme augmente les échanges thermiques entre notre corps et l'extérieur, à notre défaveur en hiver. Il faut donc lutter contre les excès de transpiration (ne pas être trop couvert), et éviter de la maintenir sur le corps (utilisation de sous-vêtements hydrofuges, évacuant l'humidité, qui donnent une sensation de chaleur, même humides).
Le vent, par sa capacité à accroître fortement les échanges thermiques avec l'extérieur, constitue l'élément contre lequel il faut se protéger absolument. Par exemple, avec une température de -5°C, un vent de seulement 30 km/h  équivaut, pour le corps humain, à se retrouver à une température de – 20°C... Un simple vêtement coupe-vent annulera une grande partie de ces effets.
 
Pour le corps, l'idéal est la combinaison vestimentaire "trois couches" (qui peuvent être quatre...), que l'on fera varier en fonction de la température et du vent; elle procure confort et chaleur, même par très basses températures (pour les marques, types, matières : voir ci-après) :
-tee-shirt, col montant (zip) et manches longues (coton à proscrire);
-sweet ou veste légère en fourrure polaire, chaude, transférant aussi l'humidité (type "Dunova", "Polartec" 100 ou 200...);
-vêtement coupe-vent, sur l'ensemble. Vous avez le choix: Gore-Tex (non indispensable) ou toutes autres matières efficaces pour le vent, et un minimum respirantes (évacuation d'une partie de la vapeur que nous produisons)(Certaines vestes en coton solide coupe vent sont très efficaces). Ce vêtement devra également protéger de la neige.
Pour les jambes: uncollant chaud, qui peut se porter seul s'il n'y a pas de vent; un pantalon coupe-vent, éventuellement imperméable, à rajouter par dessus (éventuellement un pantalon pouvant faire les deux à la fois, mais cela peut entraîner une transpiration rapide). La combinaison intégrale, type ski de fond, ou "baby-gros" en polaire (quel plaisir !) peut aussi être utilisée, mais peut présenter quelques inconvénients, pour se changer, par exemple.
Pour les mains: plusieurs types de gants utilisables, avec un complément pour les rendre complètement adaptés. Il faut juste savoir que des moufles, dans lesquelles les doigts peuvent se toucher, sont plus chaudes que des gants à doigts, par grand froid.
-gants classiquesgants avec doigts, chauds, avec la possibilité de les mettre avec des sous-gants chauds (type gants de soie); modèles en laine serrée, épais, ou en polaire avec recouvrement en "Wind stopper", pour couper le vent; moufles chaudes, toile coupe-vent à l'extérieur, que l'on peut porter avec des sous-gants (Dans tous les cas, cuir à proscrire).
-éventuellement, si les gants ne sont pas coupe-vent :une paire de sur-moufles en simple matière coupe-vent (le Gore-tex n'est pas nécessaire) ; ou une moufle moyennement chaude pour mettre en sur-gants...
-sous-gants en soie, ou, mieux, en matière synthétique moderne, chaude et hydrofuge (type "Capilène").
Pour la tête : le premier endroit à protéger, impérativement ;
-bonnet efficace (laine, fourrure polaire...), pouvant se mettre en cagoule (si vous n'avez pas de "manchon" pour protéger le nez et la bouche), étanche au vent, protégeant aussi les oreilles. La capuche du vêtement coupe-vent pourra compléter l'étanchéité du bonnet.
Le bandeau protège-oreille est à proscrire (inutile et dangereux par grand froid).
Chaussettes: on trouve aujourd'hui des textiles (voir tee-shirt, etc.) hydrofuges qui évitent de garder l'humidité au niveau des pied (laines traitées, etc., mais coton à proscrire).
Dans le sac porté durant la journée : un tee-shirt de rechange, une polaire supplémentaire (type sweet) en cas de grand froid (Polartec 200 ou 300), un anorak chaud (doudoune),  pour les arrêts (c'est du volume, mais cela ne pèse pas).
 
Equipement divers:
Lunettes de soleil, et un masque (style ski de descente), pour le cas de vent avec neige.
Bouteille "Thermos", un litre par personne (le modèle « Camping Gaz » n'est pas adapté au froid lapon), et une gourde pour le soir (non obligatoire : une bouteille plastique ayant contenu de l'eau gazeuse -plus solide- suffit).
Attention : hors des cabanes, pas de « camel-bag », ni gourde, l'eau gèle en très peu de temps, même dans le sac à dos...
Petite pharmacie personnelle avec élastoplast, aspirine, antalgique, antidiarrhéique, crème pour le froid (lèvres, mains...).
Morceau de "Karrimat" (matelas ou tapis de sol en mousse) plié en deux (de la longueur du dos de votre sac à dos), et une couverture de survie (type support plastique aluminisé); un sac poubelle de la taille du sac.
Sac de couchage moyen (style -5 à +5 °C) (duvet naturel -l'idéal- ou fibre synthétique), et un sac à viande (il peut faire trop chaud dans le duvet...).
Sac à dos pour la journée (vêtements, boisson, en-cas...) de 35 à 45 l minimum. Les vêtement ne pèsent pas mais représentent du volume; il est indispensable qu'ils soient protégés à l'intérieur du sac, qui ne devra donc pas être trop petit (un sac de 45 l ne pèse pas plus qu'un de 25, et il a l'avantage d'être bien plus confortable pour le dos).
Gobelet, gamelle, couverts... (Gamelles et quarts en métal sont à remplacer impérativement par d'autres en plastique).
Lampe (frontale), avec piles de rechange.
Grand sac pour le reste des affaires personnelles, style sac marin (ce qui est mieux que la valise pour les divers transferts).
Paire de chaussures pour l'étape, permettant de marcher aussi dehors dans la neige tassée (peuvent être les mêmes que pour les raquettes); à l'intérieur, chaussettes ou petits chaussons légers...
Vêtement de pluie: peut être le même que le coupe-vent.. La pluie reste de toute façon très exceptionnelle...
Trousse de toilette, serviette,... Maillot de bain si vous voulez.
Paire de gants de caoutchouc, type Mapa (que l'on a l'habitude d'utiliser chez-nous pour la vaisselle, mais qui peuvent avoir d'autres utilités). Il en existe légèrement fourrés à l'intérieur (ne pas prendre une taille trop juste).
... Et les autres vêtements de rechange dont vous avez l'habitude.
 
Liste minimale du matériel classique pour faire face à toute éventualité de détérioration des conditions climatiques (froid et vent).
 
En résumé : vous avez peut-être déjà tout cela ou à peu près. Le dernier cri « ultra tout » n'est pas indispensable. Pour les sous-vêtements (tee-shirt à manches longues, collant) notre préférence va aux vêtements en laine fine (voir sites ci-après : Patagonia, Cimalp, Odlo...), qui constituent un investissement de longue durée, et que l'on peut apprécier dans de multiples circonstances en dehors de ce séjour...

En savoir plus

Cette année, un nouvel itinéraire pour une découverte hivernale d'un pays où les traces de raquettes sont plutôt rares... Un périple un peu hors du temps, à la découverte de la culture Same. Oublions le nom de Lapon, pratiquement plus utilisé aujourd'hui lorsque l'on parle des habitants de ces régions. On utilise le mot Same, ethnologiquement et linguistiquement correct.
Une occasion d'apprécier le renne sous toutes ses formes, y compris culinaires, ou le poisson fumé, et de partager quelques moments de rencontre avec les habitants de cette région.
Notre mini-trek se déroule dans la région de Sevettijärvi – Nätäämö, à 130 km au Nord d'Inari, le bout le plus au Nord de la Finlande, limite avec la Norvège. Elle est habitée quasiment exclusivement par les Sames Skolt, qui furent déplacés à plusieurs reprises durant plus d'un demi-siècle, avant de n'avoir d'autre choix imposé que de s'installer dans cette région. Ils y ont poursuivi leurs activités d'éleveurs de rennes et de pêcheurs. Venant de la région prise par la Russie à la Finlande lors de la dernière guerre mondiale, ils différent des Sames d'Inari par leur langue, leurs patronymes (russes), leur religion (orthodoxe)... Une longue histoire que vous découvrirez.
 
Le séjour. Ce nouveau séjour a été créé pour favoriser la découverte de cette région et de ses habitants de manière « douce », abordable par des randonneurs de niveau moyen.
Après une découverte-acclimatation-préparation à Inari, capitale de la région Same de Finlande, nous nous transférerons à Sevettijärvi, région peuplée par les Sames Skolt. De là, nous partirons pour notre « camp de base » pour trois nuits, à Ukonlahti. C'est une cabane en rondins, au milieu des pins et des bouleaux, sur la rive d'un grand lac gelé. Agréable confort rustique : chauffage au bois, équipement cuisine, lits et bat-flancs avec matelas, et l'incontournable sauna... De là, nous découvrirons forêts, crêtes et lacs, avec peut-être la chance d'observer la faune de la région : coq de bruyère, lagopède, jaseur boréal, élan...
Lorsque nous nous rendrons à cette cabane, nous transporterons avec nous, sur nos pulka (traîneaux légers de randonnée hivernale que l'on tire avec un harnais, ce qui est bien moins pénible que de porter un sac à dos, même très léger...), un équipement réduit pour trois jours d'autonomie, avec la nourriture nécessaire. Et l'itinéraire jusqu'à notre cabane étant plat, la pulka glisse toute seule sur la neige...
Au cours de nos randonnées de la journée, le pique nique de midi (soupe chaude, boissons chaudes...) sera pris si possible autour d'un feu préparé en commun aussitôt l'arrêt décidé...
Nous serons seuls, en autonomie, dans un milieu peu commun, qui peut paraître hostile lorsque l'on n'est pas habitué, et où la réussite de l'«aventure » est liée à la participation de chacun à la vie du groupe : préparer le bois et entretenir les poêles, chercher l'eau au lac, aider à la confection du repas, rangements, surveiller non pas les loups mais les aurores boréales... Il y en a pour tout le monde !
Et une fois tout en route, un vrai sauna au feu de bois, pour une relaxation complète, et pour une nuit apaisée,...
 
NB. Ce séjour reste hors normes touristiques classiques par l'environnement très spécifique dans lequel nous évoluons, ainsi que dans les détails de son déroulement. Grands espaces inhabités, isolement, conditions hivernales (basse température ne veut pas dire plus grand froid ressenti : lire attentivement la notice « Le froid et nous »)...
Pour cette raison, le groupe constituera la seule référence, et chacun aura une part importante dans la réussite du séjour. Détails importants à préciser, pour vous éviter de vous tromper de séjour. Mais si c'est ce que vous recherchez, vous laisserez une partie de vous-même là-bas, en échange de la parcelle de cet univers que vous porterez en vous...

Divers
 
Change - Achats. La Finlande fait partie de la zone Euro. Vous pourrez donc régler vos achats sans avoir à effectuer d'opération de change, en espèce ou carte bancaire. Vous pourrez aussi réaliser des retraits sur place aux guichets automatiques (cartes VISA, Mastercard, etc.).
 
Electricité: la fée électricité est absente des cabanes de rondins (mais il y en a d'autres pour la remplacer!). Lorsqu'elle est là, c'est en 220 V, aux normes européennes.
 
Décalage horaire. Il est d'une heure (+ 1) avec l'heure française. Les changements d'heure (été et hiver) y sont aussi appliqués.
 
Photographie: les lumières du Nord peuvent être extraordinaires, et pendant des heures entières. La tentation de les capturer dans une petite boîte est grande, et c'est naturel !
Pour la photographie d'aurores boréales, l'équipement photographique « classique » (pellicules « préhistoriques ») donne de très bons résultats si vous possédez un appareil à visée « reflex » de préférence, un choix de vitesses lentes (10 secondes au moins) ou la pose B, un retardateur (ou un déclencheur équipé pour le branchement d'un déclencheur souple deux temps à emporter avec vous), un petit pied, et des films pas trop lents (200 à 400 ASA – Faites-en provision, car il sera difficile d'en trouver sur le parcours, sauf si l'on rencontre le Père Noël. Mais il aura la hotte vide...).
Avec les appareils numériques, le résultat est plus aléatoire, mais avec l'amélioration technique, on peut maintenant obtenir jusqu'à des séquences filmées intéressantes.
Dans tous les cas, prenez également des piles neuves et de rechange (ou une batterie de rechange). Le froid entraîne des effets déchargeants sur les piles (accrus avec l'humidité) et la graisse des mécanismes se figeant à basse température, cela entraîne également une grosse dépense d'énergie pour mettre en mouvement les parties mobiles (mise au point-autofocus- automatique). Un conseil : lorsque vous ne vous servirez pas de votre appareil, gardez la batterie hors de celui-ci, au chaud contre vous.
 
Boissons: les boissons alcoolisées sont vraiment très chères en Finlande... et plutôt robustes (Aquavit ou Vodka plus ou moins "régulière"...). Les petites distillations de prunes, poires ou autres Armagnac ne gèlent pas, et sont très appréciées aussi par les Sames (mais pas seulement par eux...), le soir au coin du feu, dans la petite maison de rondins perdue dans l'immensité blanche de la nuit lapone... Les langues Same et finnoise semblent perdre de leur étrangeté, dans ces moments-là...
Quant aux autres boissons locales, vous aurez le choix entre le café, le thé, la boisson locale à base de baies d'églantine (excellente, et riche en vitamine C), ou les bières locales...

Renseignement généraux
 
LA GEOGRAPHIE
Sàpmi, le pays des Sames, anciennement connus sous le nom de Lapons, s'étend, pour sa partie finlandaise, au-delà du mythique Cercle Polaire. Le peuple Same a été "dispersé" (parfois même parqué) au cours des derniers siècles par les puissants royaumes et états sur lesquels ils vivaient depuis bien plus longtemps. Ils se retrouvent aujourd'hui répartis sur quatre pays: la Suède, la Norvège, la Finlande et la Russie.
Ce vaste territoire est baigné par la mer Baltique au Sud (golfe de Botnie), la mer de Norvège à l'Ouest, l'océan Glacial Arctique au Nord et la mer de Barents au Nord-Est.
Région montagneuse en Suède et dans la partie adjacente norvégienne (à l'Ouest), région de vieux reliefs très arrondis par les glaciers de la dernière époque glaciaire au Nord de la Norvège et de la Finlande (les "tunturi"), région de vastes zones de toundra marécageuse (tourbières) ou parsemée de nombreux lacs, plus boisée vers le Sud...
L'histoire des Sames, qui représente près de 10.000 ans de développement d'une civilisation circumpolaire basée sur un équilibre écologique vital (la chasse, l'élevage du renne, et la pêche), est peu connue et commence à peine à être évoquée dans la longue et complexe histoire de la petite Finlande, voisine du géant russe, ou des autres pays du Nord.
 
LE CLIMAT
L'ensemble du circuit se déroule à 300 km au-delà du cercle polaire: de Décembre à Janvier le soleil y est totalement absent (ce qui ne veut pas dire qu'il fasse nuit noire : la lueur provenant du soleil rasant sous l'horizon éclaire tout de même un peu le paysage). Mais les jours rallongent très rapidement pour arriver à plus de 12 heures mi -mars. A partir de fin janvier, ils gagnent de 10 à 15 minutes par jour. Fin Février, le jour règne déjà pendant près de 10 heures sur les paysages enneigés : la course très rasante du soleil, avant le lever et après le coucher, rajoute encore de longues heures de lueurs aux tons de pastels...
Durant l'hiver, les précipitations sont limitées par un effet de continentalité, renforcé par l'effet de protection des massifs montagneux plus élevés de la côte norvégienne à l'Ouest. La hauteur totale de neige qui tombe durant un hiver dépasse rarement un mètre, mais le froid la conserve longtemps. Les températures peuvent osciller de +2 °C à -35 °C (cette dernière température n'est tout de même pas fréquente); la moyenne se situe de -5 à -20 °C. On s'y habitue très vite, d'autant que la sécheresse de l'air la rend très supportable. (Voir complément d'information sur le froid dans la rubrique "Equipement".)
 
BIBLIOGRAPHIE
Il existe peu d'ouvrage sur les Sames. Pour un aperçu sur l'histoire de la Finlande, sa géographie, voici quelques "orientations" sur des récits d'auteurs contemporains, ou plus anciens, qui ont su traduire l'ambiance de la vie quotidienne de ce pays particulier, dans des ouvrages souvent très agréables à lire.
Un document récent émanant du Parlement Same, avec des informations de base sur cette région (histoire et culture de ses habitants...), et de nombreux autres ouvrages, seront disponibles à la Siida à Inari.
 
-Le grand guide de la Finlande, Gallimard, 1993
Ouvrage général, très bien documenté, nombreuses photos.
-The Sami, an Indigenous People of Arctic, Odd Mathis Haetta,
éd. Davvi Girji, Helsinki 1996.
-Nature Guide to INARI LAPLAND, Vesa Luhta,
éd. Northern Lapland Tourism Ltd, Oulu 1998 (en anglais). Disponible sur place.
Excellent ouvrage sur l'environnement historique et naturel de la région d'Inari.
- Mythologie des Lapons, Juha Pentikäinen, Imago, 2011
Etude très complète...
- Contes de Laponie, J.K. Qvigstad, Esprit Ouvert, 2000
Rafraîchissant !
- Anta, mémoires d'un Lapon, Andreas Labba, Terre Humaine Poche, Plon, 1989.
La vie d'un Sami de Norvège, une autobiographie émouvante.
- Le dernier Lapon, Olivier Truc, Métaillié, 2012
Un polar au pays des Sami, construit sur les bases historiques, sociologique, politiques de ce peuple et de la Laponie.
- Arto Paasilinna
Cet auteur est sans doute le plus connu, actuellement, en France. Né en 1942 en Laponie, il exerce plusieurs métiers (bûcheron,...) avant de devenir journaliste pour un quotidien régional puis divers magazines et revues littéraires. Il a écrit de nombreux romans, ainsi que quelques scénarios pour le cinéma et la télévision. Ses récits mélangent de manière très réussie la réalité quotidienne et le passé récent des finnois, sans états d'âme, avec des situations imaginaires, souvent loufoques, mais qui semblent en découler naturellement. Le tout avec un humour permanent, et ces références omniprésentes à la nature et à la relation qu'entretiennent les finlandais avec elle. Une manière très agréable de découvrir les finlandais, la Finlande, et un humour venu d'ailleurs.
 -Le Lièvre de Vatanen, éd. Denoël, puis Folio
 -Le Meunier hurlant, éd. Denoël, puis Folio
 -Le Fils du dieu de l'Orage, éd. Denoël 1993, puis Folio 1995
 -La forêt des renards pendus, éd. Denoël 1994, puis Folio 1996
 -Prisonniers du Paradis, éd. Denoël 1996, puis Folio 1998
 -La cavale du géomètre, éd. Denoël, 1998, puis Folio 2000
 -La douce empoisonneuse, éd. Denoël, 2001, puis Folio, 2003
 -Petits suicides entre amis, éd. Denoël, 2003
- et les derniers publiés...
- Le Kalevala, Elias Lönnrot, éd. Gallimard (Deux volumes)
Cette longue épopée est l'œuvre de référence des finnois: c'est le recueil, réalisé au siècle dernier, des chants et poèmes transmis oralement depuis la nuit des temps par les bardes de Carélie...
- Parlons lapon. Les Sames. Langue et culture, Jocelyne Fernandez, L'Harmattan, 1997.
Le seul ouvrage en langue française donnant une approche très documentée sur le sujet. Le seul lexique Same-Français et Français-Same existant.
- Aurores boréales et australes, M. Fehrenbach, G. Dawidowicz, R. Marion, GNGL Productions, 2001
Ouvrage récent et très documenté sur les aurores boréales...
- Voyage en Laponie, Carl von Linné, La Différence, 2002.
Notes de voyage, dessins, du grand botaniste, en 1732, dans cette contrée sauvage... Le regard du colonisateur.

Avis

Déposer votre avis sur ce circuit


Soyez le premier à déposer un avis

Pour Laponie, Au pays des Aurores Boréales
Votre note :
Recharger

Ajouter à la
sélection
Supprimer de la
sélection

Facebook
Twitter
Google Plus

Envoyer à un ami

Séjours similaires

Névache, Raquettes & Bien-Être
Névache, Raquettes & Bien-Être

Randonnée en étoile

Névache, Briançonnais

7 jour(s)

A partir de 820 €

Escapade au naturel en Queyras à raquette 4 jours en hôtel 3***
Escapade au naturel en Queyras à raquette 4 jours en hôtel 3***

Randonnée en étoile

Queyras

4 jour(s)

A partir de 575 €