Contact 04 92 45 04 29

Massif Central, Raquette sur les Monts de Margeride et des Monts Lozère

Rando Raquette - Accompagné - Randonnée en étoile

Retour
Vous aussi donnez votre avis !
  • Randonnées à raquette autour des monts Lozère et Margeride
    Randonnées à raquette autour des monts Lozère et Margeride
  • Randonnées à raquette autour des monts Lozère et Margeride
    Randonnées à raquette autour des monts Lozère et Margeride
  • Randonnées à raquette autour des monts Lozère et Margeride
    Randonnées à raquette autour des monts Lozère et Margeride
  • Randonnées à raquette autour des monts Lozère et Margeride
    Randonnées à raquette autour des monts Lozère et Margeride
  • Randonnées à raquette autour des monts Lozère et Margeride
    Randonnées à raquette autour des monts Lozère et Margeride

Spécifications du circuit

Réference : RQLMM

Activité : Rando Raquette

Niveau physique :

Formule : Accompagné

Type : Randonnée en étoile

Destination : Languedoc Roussillon

Durée : 7 jour(s) / 6 nuit(s)

Portage : Pas de sac à porter

Hébergement : Hôtel **

Date du prochain départ : Nous consulter

Prix à partir de : 780


Télécharger / imprimer la fiche descriptive

Télécharger / imprimer le bulletin d'inscription

Réserver

Le séjour

Sur les cartes de Cassini (première carte détaillée de la France levée entre 1760 et 1789), la Margeride apparaît sous le nom de "Haute Montagne". En plus d'être totalement inconnues pour des gens de Paris, avec des moyens de communication terrestre difficiles, ces montagnes furent le théâtre, de 1764 à 1767, de terrifiantes attaques attribuées à la « Bête du Gévaudan », faisant près de 83 victimes, souvent horriblement déchiquetées. A la population désespérée, le puissant clergé local n'apporta pas d'autre réconfort que de confirmer que ce châtiment divin était la punition méritée pour leur péché collectif...
 
Aujourd'hui la Margeride est encore moins peuplée qu'à cette époque, le loup a refait parler de lui, mais les animaux les plus exceptionnels que l'on pourrait y rencontrer sont sans doute les Aurochs ou les Bisons d'Europe...
 
La Margeride est séparée de l'immense croupe granitique des Monts Lozère par une légère dépression qui constitue le plus haut "toit hydrographique" de France : la convergence des trois bassins fluviaux du Rhône, de la Loire et de la Garonne, rien que ça ! Ce lieu, à 1275 m d'altitude, offre également une étrange zone où les eaux ne savent pas trop vers où couler, et parfois même s'échappent d'un bassin pour aller dans un autre par des voies détournées...
 
Les Monts Lozère, haut lieu du Parc National des Cévennes, offrent une longue et débonnaire croupe de granite allongée d'Est en Ouest où viennent s'affronter les vents des quatre points cardinaux. On y marche depuis plus de 5000 ans, érigeant d'innombrables menhirs, ou menant d'immenses troupeaux au long des drailles, ou accompagné par une ânesse comme Stevenson, plus proche de nous. Les légendes y sont poussées par le vent. Les maisons de granite, presque indestructibles, sont la réponse d'habitants accrochés à ces hautes terres malgré les longs et rudes hivers, durant lesquels il fallait parfois sonner des jours et des nuits la cloche de tourmente pour maintenir le seul repère salvateur au voyageur égaré dans la tempête. La beauté des paysages n'est que renforcée par le jeu des éléments animés par la rudesse de l'hiver...
 
Malgré ces descriptions d'apparences apocalyptiques, nous vous proposons une découverte hivernale et tranquille d'une région méconnue, pour renouer avec les grands espaces. Pour aussi se rendre compte que l'hiver peut, parfois, encore exister, malgré notre orgueil technologique et « tout sécuritaire » absurde.
Ce sera l'occasion de rencontrer quelques uns des habitants de ces hautes terres, dans leur quotidien : éleveurs de races emblématiques comme la vache Aubrac aux magnifiques yeux, facteur bravant quotidiennement les congères sournoises...
Sans oublier un moment d'une toute autre dangerosité : la restauration, avec velouté de châtaignes, tripoux, retortillat, fromages locaux... et boissons locales !
 
Les itinéraires sont à la fois en boucles (retour au point de départ), et en traversées, pour atteindre, par exemple, notre second lieu d'hébergement : un petit air d'aventure, dans des lieux où les routes peuvent même devenir impraticables...
L'hébergement est réalisé en chambres d'hôtes confortables, dans des hameaux perdus, accompagné d'une copieuse restauration locale... (En fonction de l'enneigement, l'hébergement peut également être réalisé dans de petits hôtels)
 
Dans une recherche d'un autre mode de consommation, de relation avec des partenaires et une population locale, nous privilégions, lorsque cela est possible : les petits établissements gérés famillialement, les productions locales, la réduction des transports (ou l'utilisation de transports collectifs s'ils existent), les rencontres et discussions... La taille de nos groupes est volontairement réduite : maximum 8 ou 10 participants, et 12 pour les groupes constitués.

Programme

Jour 1

Accueil à la gare SNCF de Langogne ou de Mende, ou de Chadenet - Bagnols-les-Bains. Transfert dans un hameau perdu de Margeride, à 1270 m d'altitude, où l'on élève un vestige préhistorique, l'Auroch. Installation, présentation des lieux et du séjour, premières dégustations...


Jour 2

Première randonnée de mise en jambes et de réglage du matériel. Partant à pied du hameau, nous nous aventurerons dans les forêts et sur les crêtes de Margeride, où nous croiserons parfois, malgré l'isolement, quelques hameaux ou grande ferme perdus. (5 h de marche environ, 250 m de dénivelée environ à la montée et à la descente). Retour à l'hébergement.


Jour 3

Court transfert. Pour rentrer dans le vif du sujet, une randonnée panoramique en Margeride qui devrait nous mener sur les hauteurs du Signal de Randon (1551 m) ou bien au Moure de la Gardille (1530 m, déjà fréquenté par Stevenson...). Vues exceptionnelles, dans une ambiance presque canadienne ou nordique : sous nos yeux l'Aubrac, les Monts du Cantal, les Monts Lozère, les Alpes. Retour à l'hébergement (5-6 h de marche environ, 350 m de dénivelée environ à la montée et à la descente)


Jour 4

Journée de traversée où nous chevaucherons la ligne de partage des eaux entre Atlantique et Méditerranée, en prenant garde à ne pas disparaître dans les « crozes » qui font discrètement, et contre nature, passer les eaux indécises d'un versant sur l'autre. Lieux de passage millénaire des premiers bergers qui nous ont laissé menhirs et dolmens...
Puis transfert qui nous fera traverser le Lot et franchir la crête des Monts Lozère (Col de Finiels, 1540 m) pour trouver un gîte fort accueillant sur son versant Sud, à 1220 m d'altitude. ( 3 h de marche environ, 150 m de dénivelée à la montée et à la descente)
NB Le déroulement de cette journée est très lié aux conditions d'enneigement et de circulation routière.


Jour 5

Départ à pied, pour rejoindre, à travers de belles forêts, les vastes crêtes panoramiques des Monts Lozère, et le sommet de Finiels (1699 m, point culminant). Parcours entre ciel et neige, avec une vue impressionnante jusqu'aux Alpes, Monts du Cantal, moutonnement bleuté des Cévennes... au milieu de formes étranges sculptées par la neige et le vent. Retour au gîte (5-6 h environ de marche, 500 m de dénivelée à la montée et à la descente)


Jour 6

Très court transfert. Un parcours pour découvrir des hameaux désertés l'hiver, à l'impressionnante architecture de granite, sur les pentes Sud des Monts Lozère. Jusqu'à un lieu qui nous ramènera plusieurs siècles en arrière, au cœur de l'histoire de l'ordre de Hospitaliers de St Jean de Jérusalem... Retour au gîte (5-6 heures de marche environ, 350 m de dénivelée environ à la montée et à la descente).


Jour 7

Fin du séjour après le petit déjeuner, transfert aux gares SNCF (Langogne, Mende...).


Plus encore en hiver qu’en été, à cause de la neige, le déroulement et les itinéraires sont donnés à titre indicatif : ils peuvent être modifiés en cas de mauvaises conditions météorologiques (surabondance ou manque de neige...), ou pour toutes conditions pouvant être préjudiciables à la sécurité d’un ou plusieurs participants. Les itinéraires parcourus l’hiver peuvent ne pas correspondre, à cause de critères de choix différents, à ceux fréquentés l’été. 

 

Itinéraires donnés à titre indicatif : il peuvent être modifiés en cas de mauvaises conditions météorologiques, mesures réglementaires temporaires dans les espaces protégés, ou pour toute condition pouvant être préjudiciable à la sécurité d’un ou plusieurs participants.

Dates / Prix

Séjour en cours de mise à jour.

Privatisez votre séjour !
Vous souhaitez partir randonner en couple, entre amis ou en famille ?

Choisissez votre formule d'hébergement, d'accompagnement ainsi que votre date de départ et nous organisons vos vacances selon vos envies !

Demandez votre devis personnalisé : contact@randoqueyras.com

LE PRIX COMPREND
  • l'hébergement en hôtel, ou gîte (chambres), base chambre double partagée (très petits groupes : gîtes ou chambres d'hôte),
  • la restauration (pique nique à midi),
  • l'encadrement,
  • les frais d'encadrement et d'organisation,
  • les transports mentionnés,
  • les raquettes à neige.
LE PRIX NE COMPREND PAS
  • les boissons en règle générale,
  • toute visite ou activité non prévue dans le programme (précisées parfois : « possibilité »),
  • les assurances,
  • les dépenses à caractère personnel,
  • les pourboires,
  • les éventuels suppléments (chambre individuelle).
  • les assurances

 

Suppléments : des conditions particulières entraînantd'éventuels suppléments peuvent exister ou vous être proposées (chambre individuelle, thermalisme...). Elles demeurent optionnelles.

Fiche pratique

ACCUEIL

Rendez-vous gare SNCF de Langogne, Mende, ou Chadenet – Bagnols-les-Bains le jour 1

Une confirmation des lieux et heures des rendez-vous est adressée avec la convocation.

Accès au point de rendez-vous:
-Route: (pour Mende ou Langogne) :
Autoroute A75 depuis Clermont-Ferrand ou Béziers, sortie Mende.
Nationale 88 : depuis St Etienne, Le Puy en Velay, ou bien depuis Toulouse (via A68) puis Albi, Rodez, Séverac le Château (et un bout de A75)
Attention : le passage du col de la Pierre Plantée (1275 m), sur la nationale 88 entre Mende et Langogne, peut nécessiter des équipements hivernaux (pneus neige, ou chaînes à neige)
-Train: si vous choisissez le train , consultez-nous pour choisir ensemble la meilleure gare d'arrivée.
Gare de Langogne (ligne Paris – Nîmes via Clermont ou ligne Clermont – Mende via Le Puy en Velay, autocars), gare de Mende (ligne Paris-Béziers via Clermont), ou petites haltes ferroviaires : Belvezet, ou Chadenet-Bagnols-les-Bains (ce qui est encore plus... folklorique!)
-Avion: aéroport de Clermont – Ferrand (2 h 15 de Langogne), de Lyon-St Saint-Exupéry (3 h 15 de Langogne)
 
Pour vous rendre sur place sur un mode responsable : recherchez le co-voiturage avec d'éventuels participants à ce séjour.
Nous pouvons vous y aider.
 
Où laisser votre voiture: si vous arrivez en voiture, votre véhicule sera en sécurité sur le lieu d'hébergement (attention, les pneus neige et/ou les chaînes peuvent être d'une grande utilité...).
 
Si vous arrivez la veille, et si vous cherchez un hébergement : nous contacter

DISPERSION

Dispersion aux mêmes lieux, le jour 7 après le petit déjeuner.

NIVEAU

1 à 2 chaussures
Pour tout marcheur moyen, pratiquant la marche en été: étapes de 3 à 6 heures de marche à un rythme normal, avec des dénivelées de 150 à 500 m environ à la montée et à la descente. La marche avec raquettes à neige ne présente aucune difficulté.

HEBERGEMENT

En hôtel (pour de très petites de tailles de groupe, éventuellement en gîte ou chambre d'hôtes chez l'habitant) et en gîte confortable (chambre doubles). Base chambre double partagée par deux personnes. Restauration riche à base de produits locaux et recettes locales ou, parfois, exotiques. Pique-niques à midi (avec boisson chaude) préparés et portés dans le sac de la journée.

TRANSFERTS INTERNES

Transferts réalisés avec un véhicule adapté à la taille du groupe. Parfois, dans cette région, il peut arriver que la circulation routière soit difficile, la viabilité de certains axes pouvant ne pas être garantie entre 18 h et 8 h : c'est une réalité et nous vivons avec, simplement !

PORTAGE DES BAGAGES

Limité au pique-nique de midi et aux affaires personnelles pour la journée

GROUPE

de 4 à 8 personnes.

 

ENCADREMENT

Par Claude Molinier ou Benoït Courant, diplômés d'Etat, spécialistes de la raquette à neige, vivant dans la région. Une trousse de secours pour les premières urgences est transportée en permanence.

MATERIEL FOURNI

Raquettes à neige, modernes et adaptées, fournies.

EQUIPEMENT INDIVIDUEL A PREVOIR

Quelques conseils pour votre confort, et la sécurité:
En hiver, pour lutter contre le froid, il faut avant tout lutter contre les déperditions de chaleur (donc d'énergie), qui sont aggravées par l'humidité et le vent.
La tête doit faire l'objet de toutes les attentions: si l'on a froid aux pieds et aux mains (sauf bien sûr dans le cas de problèmes spécifiques à ces parties du corps), c'est d'abord parce que la tête a froid, et quelle diminue la circulation sanguine dans les extrémités (vasoconstriction), pour concentrer le précieux liquide et sa chaleur aux centres vitaux qu'elle abrite... Donc, le couvre-chef  adapté s'impose.
L'humidité au niveau de l'épiderme augmente les échanges thermiques entre notre corps et l'extérieur, à notre défaveur en hiver. Il faut donc lutter contre les excès de transpiration (ne pas être trop couvert), et éviter de la maintenir sur le corps (utilisation de sous-vêtements hydrofuges, évacuant l'humidité, qui donnent une sensation de chaleur, même humides).
Le vent, par sa capacité à accroître fortement les échanges thermiques avec l'extérieur, constitue l'élément contre lequel il faut se protéger absolument. Par exemple, avec une température de -5°C, un vent de seulement 30 km/h  équivaut, pour le corps humain, à se retrouver à une température de - 13°C... Un simple vêtement coupe-vent annulera une grande part de ces effets.
 
Raquettes: le modèle fourni est récent, léger, facile à mettre avec tous types de chaussures. Les bâtons sont souvent employés pour une marche plus aisée (mais le terrain est toujours facile). Vous pouvez utiliser les vôtres, si vous en possédez. Si non, ils peuvent vous être fournis avec les raquettes.
Chaussures: les chaussures devront être montantes, bien sûr, et pouvant accueillir le pied avec une paire de chaussettes confortables et chaudes (voir les conseils pour le choix des matières). Les chaussures modernes (matériaux synthétiques, Gore-Tex, etc.) conviennent, à la condition de n'être pas trop légères (épaisseur suffisante pour une protection contre le froid). Les chaussures en cuir conviennent aussi, à la condition d'être souples et d'avoir déjà servi sans problème. Les chaussures à coque plastique (avec chausson interne), bien qu'un peu rigide, peuvent également convenir, si déjà utilisées.
Des guêtres pourront parfois être aussi utiles.
 
Vêtements
 
Pour le corps, l'idéal est la combinaison vestimentaire "trois couches" (qui peuvent être quatre...), que l'on fera varier en fonction de la température et du vent ; elle procure confort et chaleur, même par très basses températures :
-tee-shirt, dans une matière évacuant la transpiration (synthétique, type "Capilène"...) ou mieux en laine fine (type mérinos, mélanges soie etc), col montant (zip) et manches longues (coton à proscrire) ;
-sweet et/ou veste légère en fourrure polaire, chaude, transférant aussi l'humidité (type "Polartec" 100 ou 200...) ;
-vêtement coupe-vent, sur l'ensemble. Vous avez le choix : Gore-Tex (non indispensable) ou toutes autres matières efficaces pour le vent, et un minimum respirantes (évacuation d'une partie de la vapeur que nous produisons).
Dans le sac: un tee-shirt de rechange, une polaire supplémentaire en cas de grand froid (Polartec 200 ou 300), ou un anorak chaud,  pour les arrêts (c'est du volume, mais cela ne pèse pas).
Pour les jambes : un collant chaud, qui peut se porter seul s'il n'y a pas de vent ; un pantalon coupe-vent, éventuellement imperméable, à rajouter par dessus (éventuellement un pantalon pouvant faire les deux à la fois, mais cela peut entraîner une transpiration rapide). La combinaison intégrale, type ski de fond, ou "baby-gros" en polaire (quel plaisir !) présente plus d'inconvénients que d'avantages.
Gants: plusieurs types utilisables, avec un complément pour les rendre complètement adaptés pour le Pôle. Il faut juste savoir que des moufles, dans lesquelles les doigts peuvent se toucher, sont plus chaudes que des gants à doigts, par grand froid (ou si vous êtes sensible).
L'idéal:
-gants classiques, (cuir à proscrire) avec doigts, chauds, avec la possibilité de les mettre avec des sous-gants chauds ; il existe des modèles en polaire avec recouvrement en "Wind stopper", pour couper le vent; ou mieux (lorsque l'on a souvent froid aux doigts) moufles chaudes, toile coupe-vent à l'extérieur, que l'on peut porter avec des sous-gants; les gants en laine serrée, épais, sont aussi valables (Mais n'oubliez pas : si vous avez froid aux mains, c'est souvent parce que la tête n'est pas assez protégée!)
-éventuellement, une paire de sur-moufles en simple matière coupe-vent (le Gore-tex n'est pas nécessaire), pour compléter les gants classiques ou les moufles qui pourraient ne pas être complètement imperméables au vent.
-sous-gants en soie, ou, mieux, en matière synthétique moderne, chaude et hydrofuge (type "Capilène").
Couvre-chef: pièce capitale: protéger la tête est la chose la plus indispensable, la première à réaliser;
-bonnet, ou casquette, efficace (laine, fourrure polaire...), pouvant se mettre en cagoule si vous n'avez pas de "manchon" pour protéger le nez et la bouche, étanche au vent si possible, protégeant aussi les oreilles. La capuche du vêtement coupe-vent pourra compléter l'étanchéité du bonnet (mais n'est pas suffisante toute seule).
Chaussettes : on trouve des textiles hydrofuges qui évitent de garder l'humidité au niveau des pieds; mais des laines naturelles traitées sont également très efficaces (avec bouclette fine sous le pied de préférence (coton : à proscrire).
 
Equipements divers:
Lunettes de soleil, et, si vous le possédez, un masque (style ski de descente), pour le cas de vent avec neige, ou lunettes jaunes pour les temps avec brouillard.
Bouteille "Thermos", minimum 3/4 de litre par personne (le modèle "Camping Gaz n'est pas adapté aux grands  froid), et une gourde. Le « camel-bag » n'est pas conseillé pour le vrai hiver : son eau va geler très rapidement (à moins qu'elle ne soit très fortement alcoolisée!)...
Petite pharmacie personnelle avec élastoplast, antalgique, antidiarrhéique, crème solaire et pour le froid (lèvres...).
Morceau de "Karrimat" (ou trois épaisseurs de plastique à bulle, ou toute autre matière légère et imputrescible) plié en deux (de la longueur du dos de votre sac à dos) : un confort inimaginable pour s'asseoir sur une surface froide ; une couverture de survie (type support plastique aluminisé); un sac poubelle de la taille du sac.
Sac à dos pour la journée (vêtements, boisson, en-cas...) de 35 à 45 l minimum. Les vêtement ne pèsent pas mais représentent du volume; il est indispensable qu'ils soient protégés dans le sac, qui ne devra donc pas être trop petit (un sac de 45 l ne pèse guère plus qu'un de 30, et il a l'avantage d'être plus confortable pour le dos).
Gobelet, gamelle (type boîte plastique avec couvercle), couverts... (gamelles et quarts en métal à remplacer par d'autres en plastique : le métal est un trop bon conducteur du froid... ou du chaud).
Lampe (frontale), avec piles.
Grand sac pour le reste des affaires personnelles, style sac marin. Merci d'éviter la valise.
Paire de chaussures pour l'étape: petits chaussons ou autre paire légère.
Vêtement de pluie: peut être le même que le coupe-vent, ou bien une cape.
Trousse de toilette, serviette,... Maillot de bain et sandales de piscine pour les thermes s'ils sont ouverts...
... Et les autres vêtements de rechange dont vous avez l'habitude.
 
En résumé : vous avez peut-être déjà tout cela ou à peu près. Le dernier cri « ultra tout » n'est pas indispensable. Seul un sous-vêtement (tee-shirt) en bonne laine fine (voir sites ci-après : Patagonia, Cimalp, Odlo...) peut valoir l'investissement, et on peut en profiter dans de multiples circonstances en dehors de ce séjour...

 

(Liste minimale du matériel classique pour faire face à toute éventualité de détérioration des conditions météo, ou pour partir en expédition...)

En savoir plus

Quelques réflexions sur la pratique de la raquette à neige et sur les régions montagneuses en hiver

La marche en raquette est une pratique à la portée de tout-e marcheur-se : elle ne nécessite pas de connaissance technique préalable, si ce n'est... savoir marcher. Vous acquerrez en quelques minutes les nouvelles dimensions de vos "pieds", et en quelques minutes de plus, vous ne vous apercevrez même plus que vous utilisez ces instruments.
Bien sûr, il y a quelques petits mouvements techniques, lorsque l'on se trouve sur des terrains particuliers, ou dans des neiges typiques (en montée, en neige poudreuse, ...). Très rapidement vous les maîtriserez, passant avec eux à une pratique qui deviendra alors une activité ludique, aux mouvements légers, bien moins "dure" que la marche en montagne l'été, pour redécouvrir les plaisirs d'un corps en mouvements harmonieux...

Que vous débutiez dans la pratique de la raquette, ou que vous ayez déjà pratiqué, ce séjour peut vous convenir : pour découvrir cette activité, ou pour visiter une nouvelle région... ou les deux à la fois.

Quant à la montagne hivernale, elle vous apparaîtra sous un aspect très différent de l'été. Peut-être semble-t-elle austère: le froid, la neige, le vent ... comme semblerait austère l'immensité de l'Océan lorsque l'on n'a jamais navigué. Mais ce n'est qu'une apparence : la vie continue pour la plupart des animaux, les végétaux sont à peine "endormis", les paysages sont transformés et changeants, parfois redoutables, souvent féeriques, ou ensoleillés... Ils ne laissent pas indifférents.

La neige elle-même vit, se transforme. La connaître, la faire parler, est une partie du métier d'Accompagnateur en Montagne. La déchiffrant, il pourra apprécier aussi l'intérêt ou le risque qu'il pourra y avoir à aller à tel endroit plutôt qu'à un autre, dans un souci permanent de sécurité.

CLIMAT

Les conditions d'enneigement sont parfois très variables dans cette région : il peut y avoir de la neige poudreuse, de la neige croûtée, de la neige mouillée... ou pas du tout, avec sol très humide, ou gelé. Le vent peut aussi souffler, de façon parfois très impressionnante (tourmente) ; et il peut aussi faire très doux ! Mais au coin de la cheminée et la Gentiane aidant...

Avis

Déposer votre avis sur ce circuit


Soyez le premier à déposer un avis

Pour Massif Central, Raquette sur les Monts de Margeride et des Monts Lozère
Votre note :
Recharger

Ajouter à la
sélection
Supprimer de la
sélection

Facebook
Twitter
Google Plus

Envoyer à un ami

Séjours similaires

Tour de la Vanoise à raquette
Tour de la Vanoise à raquette

Randonnée itinérante

Vanoise

4 jour(s)

A partir de 458 €

Roumanie, Transylvanie, Raquette au croisement des cultures
Roumanie, Transylvanie, Raquette au croisement des cultures

Randonnée itinérante

Balkans

8 jour(s)

A partir de 625 €